Budget valaisan: à l'équilibre malgré des recettes en baisse et des dépenses en hausse

L'équilibre du budget 2014 de l'État du Valais a été difficile à trouver. La situation générale s'est dégradée avec des recettes en baisse et des dépenses en augmentation.

02 sept. 2013, 13:19
Maurice Tornay a présenté un budget 2014 équilibré.

Dans une fable de la Fontaine, le Valais serait la fourmi. Le bas de laine constitué ces dernières années permet d'investir confortablement alors que la situation générale s'est dégradée.

187 millions d'investissement nets

Sans le fonds de financement des infrastructures du 21e siècle créé il y a quelques années, le Valais n'aurait pas pu saisir l'opportunité d'implanter onze chaires de l'EPFL, a déclaré lundi le chef du département des finances Maurice Tornay. 

Sur les 187 millions d'investissements nets prévus, 33,8 seront consacrés à la première étape des travaux du projet EPFL, priorité du canton en 2014. Les travaux routiers représentent quelque 40 millions de francs alors que 84 millions sont destinés à des participations aux investissements de tiers.

Le budget 2014 du canton reste bénéficiaire et présente un excédent de financement de 1 million de francs et un excédent de revenu de 4,7 millions. Il dégage une marge d'autofinancement de 188 millions de francs qui couvre la totalité des investissements.

Fixer des priorités

L'équilibre n'a pas été facile à trouver. Globalement, l'effort n'est que peu visible puisque le budget 2013 est proche de celui de 2014.  Le canton se trouve dans une situation où ses revenus baissent. Les impôts reculent et les recettes fédérales diminuent continuellement. Simultanément, les dépenses obligatoires, imposées par la législation fédérale, augmentent.

Pour trouver l'équilibre, le gouvernement ne peut qu'intervenir sur des éléments sans obligations légales. Sa marge de manoeuvre s'en trouve année après année diminuée, explique Maurice Tornay. La recherche ponctuelle d'économies et de recettes supplémentaires a atteint ses limites.

Pour retrouver une certaine aisance décisionnelle, le gouvernement veut lancer une analyse de fond sur la structure et les tâches de l'Etat, persuadé que cet exercice permettra de dégager des économies structurelles. Les résultats sont attendus pour fin 2015 et la mise en oeuvre des réformes attendues pourrait déployer des effets à l'horizon 2017. L'an prochain déjà, une série de propositions seront soumises au Grand Conseil. Le gouvernement veut se donner les moyens de maintenir une situation financière saine, précise Maurice Tornay. Il veut aussi que le Valais puisse compter sur des réserves suffisantes pour saisir des opportunités telles que celle qui s'est présentée avec l'EPFL.

Le "Nouvelliste" revient en détail sur le sujet dans son édition du mardi 3 septembre.