Orsières: coup d’envoi pour la nouvelle laiterie

La première pierre de la nouvelle laiterie a été posée. Avec 6,4 millions d’investissement, la laiterie représente un des projets phares du Projet de développement régional du Grand Entremont.

09 avr. 2019, 14:31
Benoît Tornay, président de la laiterie d'Orsières, Magaly Jacquemettaz présidente de l'APAGE, Christophe Darbellay, conseiller d'Etat et Joachim Rausis, président d'Orsières, donnent le coup d'envoi de la nouvelle laiterie.

«Trop longtemps nous avons regardé passer des milliers d’automobilistes sur cet axe international sans leur vendre un kilo de fromage. Cette nouvelle laiterie palliera ce manque et sera un véritable lieu de vie.» Au lancement officiel des travaux de la nouvelle laiterie d’Orsières, Christophe Darbellay, conseiller d’Etat chargé de l’agriculture et de la formation, a souligné l’importance d’un tel projet dans le développement d’une agriculture valaisanne durable. Il est un des projets phares du Projet de développement régional (PDR) du Grand Entremont qui vise la création d’emplois, la valorisation des produits locaux, la création de valeur ajoutée et le renforcement de l’image de l’agriculture. 

A lire aussi : Les producteurs de lait d’Orsières dans l’attente de leur nouvelle fromagerie

Du lait à la dégustation 

6,4 millions de francs sont investis dans cette infrastructure sur l’axe principal du Grand-Saint-Bernard dont la moitié provient d’aides fédérales, cantonales et communales. Le solde est à la charge de l’actuelle société de la laiterie d’Orsières qui y investit ses liquidités et recourt à divers emprunts et crédits. «Un financement participatif par tranche de 5000 francs a permis de récolter 500 000 francs. C’est la preuve du soutien et de la confiance de la population en un tel projet», appuie Benoît Tornay, président de la Coopérative laitière d’Orsières.

A lire aussi : PDR du Grand Entremont: plus de 21 millions pour dynamiser l’agriculture

La fromagerie comprendra une cave d’affinage robotisée, un espace de vente et une installation d’un système d’osmose inverse pour le traitement du petit-lait. «Grâce à ces nouveaux locaux, nous serons à même d’affiner les fromages sur le site, ce que nous ne pouvons pas faire actuellement par manque de place. Nous serons donc plus proches du produit fini», souligne Benoît Tornay. 1,3 million de litres de lait y seront transformés chaque année, ce qui équivaut à quelque 26 000 pièces de fromage. Raclettes AOP, mi-gras, tommes, séracs et fondues pourront être dégustés dans l’espace visiteur prévu dans la laiterie qui se veut un projet à dimension agritouristique.

Pour rappel, le PDR du Grand Entremont court jusqu’en 2023 et soutient des projets dans les filières du lait, de la viande, des plantes, du miel et de l’agritourisme. 
A lire aussi : Pour valoriser son agriculture, le PDR Grand Entremont fait sa promotion au salon Epicuria

par Sophie Dorsaz