L'hiver se prolonge pour les skieurs de pente raide

L'hiver avait mal commencé avec un décembre sans neige mais il a joué les prolongations début mai. De quoi lancer la saison du ski de printemps. Et certains adeptes de pente (très) raide s'en donnent à coeur joie avec des descentes vertigineuses.

10 mai 2016, 15:23
/ Màj. le 11 mai 2016 à 07:00
La face est du Cervin a été récemment skiée par quatre jeunes femmes, un exploit !

Un décembre quasi sans neige ne laissait augurer rien de bon pour cet hiver. Au final, les comptes sont plutôt bons avec des précipitations régulières et un cumul assez impressionnant en altitude: près de 2 mètres 50 au-dessus de 2'200 mètres. Avantage: un manteau neigeux stable. "Il n'y a quasiment pas eu de couches fragiles, c'est plutôt rare", commente le nivologue Robert Bolognesi. Qui en veut pour preuve la diminution sensible du nombre de victimes d'avalanche cette année en Valais et en Suisse.

Avec des chutes de neige tardives début mai, les conditions sont encore bonnes en haute montagne, en particulier dans les régions de l'Entremont, du Trient et du Chablais. De quoi réjouir les adeptes du ski de printemps qui devraient pouvoir s'en donner à coeur joie jusqu'à la fin mai, voire début juin.

Et c'est peu dire que certains ont de la suite dans les idées. La semaine dernière, quatre jeunes femmes, dont la skieuse autrichienne Lorraine Huber, qui participe au Freeride World Tour, ont ainsi dévalé la face est du Cervin, une classique dans le milieu.

 

Alors une fin de saison idéale pour les skieurs de pente raide ? "Ca dépend beaucoup des régions", estime le freerider des Marécottes Jérémie Heitz. Qui lorgne outre-frontière, du côté du massif du Mont-Blanc et du Bassin d'Argentière en particulier, où plusieurs lignes inédites ont été répétées et même ouvertes ces derniers temps. "La neige a bien collé sur les faces dans ce coin jouissant d'un vrai micro-climat."

Ce n'est pas le Catalan Kilian Jornet qui le contredira, lui qui a gravi l'Aiguille Verte avant de skier le Couloir Cordier depuis le col du Nant Blanc, impressionnant !

 

Le skieur et grimpeur français Tony Lamiche s'est lui offert il y a peu l'arrête du Frendo dans la face nord de l'Aiguille du Midi, un itinéraire longtemps convoité devenu praticable ce printemps.

 

En Valais aussi, il est des jeunes gens qui n'ont pas froid aux yeux. Basile Marclay et Steven Avanthay ont profité de la neige encore bien présente pour ouvrir tout récemment une nouvelle ligne dans la face nord de la Haute-Cime dans les Dents-du-Midi, une première ! 

 

La pente (très) raide est décidément à la mode, on ne saurait faire mentir Jérémie Heitz.