Trois cas de rougeole ont été signalés dans des classes du Valais romand

Trois cas de rougeole ont été signalés ces derniers jours dans des écoles du Valais Romand. Pas d’épidémie à l’horizon, mais les instances cantonales suivent de près l’évolution du dossier.

29 août 2017, 18:00
/ Màj. le 30 août 2017 à 05:30
Les enfants touchés doivent demeurer chez eux, le temps que la maladie se résorbe.

«On ne parle pas d’épidémie en Valais actuellement, puisque seuls trois cas nous ont été annoncés depuis le week-end dernier et que tous ne semblent pas liés entre eux, mais la vigilance est de mise.»

Comme le souligne le professeur Nicolas Troillet, chef du service des maladies infectieuses auprès de l’Hôpital du Valais et remplaçant du médecin cantonal pour les maladies transmissibles, les trois cas de rougeole signalés depuis le week-end dernier dans le Valais romand sont suivis de près par les instances cantonales: «Il n’y a pas de quoi alarmer la population, mais toutes les mesures usuelles dans ce genre de cas ont été prises afin de bloquer au mieux les risques d’épidémie.»

M. Troillet précise que la rougeole peut être dangereuse et qu’elle est surtout très contagieuse. Elle fait partie des maladies à déclaration obligatoire: «Dans ce genre de cas, nous sommes immédiatement avertis et pouvons réagir rapidement. Les enfants touchés doivent ainsi demeurer chez eux, le temps que la maladie se résorbe.» Pas d’épidémie donc pour l’instant, mais des cas pris au sérieux au niveau du canton.

 

1. Enfants vaccinés ou pas

Le taux de vaccination étant très élevé en Valais – le canton est l’un des meilleurs élèves au niveau suisse souligne le professeur Nicolas Troillet – les cas de rougeole sont plutôt rares: «Mais comme il n’y a aucune obligation de se faire vacciner dans notre pays, cela reste toujours possible.»

En ce qui concerne les écoles, les enfants vaccinés n’ont rien à craindre. En revanche, si des enfants non vaccinés ont été en contact avec des enfants malades, ils sont immédiatement invités à rester chez eux le temps d’être sûr qu’ils ont, ou pas, contracté la rougeole, ce qui peut durer trois semaines.

«Depuis dimanche, deux infirmières sont chargées d’effectuer une enquête d’entourage afin de savoir quels sont les élèves vaccinés, ou pas, et qui, parmi ces derniers, ont côtoyé les élèves touchés pendant qu’ils étaient contagieux. Je rappelle que la rougeole est contagieuse déjà avant l’apparition de l’éruption cutanée.»

 

2. Les symptômes de la rougeole

Au niveau de la prévention, la rougeole n’est pas facile à reconnaître. Après la période d’incubation, la période d’invasion se caractérise par divers symptômes tels que fièvre élevée, conjonctivite, yeux bouffis, œdème des paupières, écoulement nasal, toux, diarrhée, douleurs abdominales, vomissements et semis de petites taches blanches.

Quant à l’éruption rougeoleuse, elle est typique avec des plaques rouges plus ou moins en relief de quelques millimètres de diamètre qui confluent en larges plaques, mais toujours en laissant entre elles des intervalles de peau saine.

«En cas de doute, il faut immédiatement avertir le médecin ou le pédiatre et préciser à ce dernier qu’on vient le consulter pour une suspicion de rougeole, afin d’éviter de nouvelles contagions en salle d’attente», précise Nicolas Troillet.

 

3. "Tous les parents ont été avertis"

Parmi les trois cas signalés depuis dimanche, deux sont survenus dans deux classes de Saxon. Une fois avertie, la direction s’est renseignée auprès de l’infirmière scolaire sur la procédure à suivre. Ensuite, l’école a contacté tous les parents des camarades de classe des enfants malades pour savoir s’ils étaient vaccinés ou pas.

«Dans l’affirmative, l’élève pouvait revenir à l’école. Dans le cas contraire ou en cas de doute, la consigne a été donnée de garder l’enfant à la maison et de contacter le pédiatre dès le lundi matin», souligne la directrice des écoles de Saxon Michelle Grandjean Böhm.

A ce jour, sur 540 élèves de Saxon, seuls quatre restent à la maison, les deux élèves malades et deux qui n’ont pas été vaccinés.