Réservé aux abonnés

«Je ne peux pas laisser mourir quelqu'un»

La conseillère d'Etat Esther Waeber-Kalbermatten a décidé d'interrompre l'incarcération du chanvrier de Saxon pour éviter son décès. Une décision controversée, mais qu'elle assume.
02 août 2015, 19:18

«Je ne remets pas en cause le jugement qui a abouti à la condamnation de Bernard Rappaz à cinq ans et huit mois de prison», déclare la conseillère d'Etat Esther Waeber-Kalbermatten. Elle avoue qu'elle se trouve dans une situation qui n'est pas facile à gérer. «Au 49e jour de grève de la faim, j'ai reçu un certificat médical de l'hôpital de Genève où se trouvait Bernard Rappaz indiquant qu'il était dans une situation délicate. Le détenu souffrait de plusieurs complications. ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois