Réservé aux abonnés

La résurrection de Farinet

La nouvelle oeuvre de Bernie Constantin propulse le célèbre bandit valdôtain au XXIe siècle. Toujours aussi iconoclaste, le rocker a un message: il faut donner au monde les moyens de rêver. Son rêve à lui est à voir à la Matze ce samedi.

01 oct. 2009, 05:01

«On a à peu près tout fait sur le mec. Les bouquins sur lui, c'est un peu de la science-fiction.» Le ton est donné. S'attaquant à Farinet, Bernie Constantin n'allait pas répéter la même rengaine usée. Son «Farinet 21» - le titre l'indique - se situe au XXIe siècle. Faisant alors fi d'une pseudo-réalité, le rocker a pu laisser libre cours à son imagination pour raconter le bandit au coeur d'argent.

Comme toujours et dans un bric-à-brac hétéroclite et iconoclaste, l'ig...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois