Coronavirus: "Surmonter l’incertitude pour mieux inspirer nos hôtes". Par Karin Perraudin

Une douzaine de personnalités issues de générations, de milieux socio-professionnels différents livrent pour "Le Nouvelliste" leurs pensées sur l’impact social de l’expérience collective que nous vivons, et sur le temps d’après, quand la vie reprendra, sans doute différemment d’avant.

16 mai 2020, 08:00
Karin Perraudin, présidente du groupe mutuel, Saillon

Les chiffres des nuitées hôtelières de mars 2020 communiqués la semaine dernière ont confirmé ce que l’on pressentait déjà: pour le Valais, plus de 60% de pertes au compteur alors que la saison d’hiver battait son plein, dont 65% de baisse nette au niveau de la clientèle étrangère…

Et les prévisions pour les mois à venir n’augurent guère de meilleures perspectives pour l’économie touristique suisse. Un secteur à l’arrêt, stoppé net dans son élan par une situation des plus singulières, une vague d’incertitudes déferlant sur les acteurs de la branche malgré les annonces de réouverture, des menaces de faillites et fermetures en cascade: autant d’éléments qui pèsent lourd dans la balance au moment où il s’agit d’inspirer confiance et de donner envie à la clientèle suisse de venir passer ses vacances en Valais. Car en effet, qu’en est-il du client dans tout ça?

Selon l’étude publiée en avril dernier par l’Institut Tourisme de la HES-SO Valais/Wallis et l’Observatoire valaisan du tourisme, seuls moins de 10% des répondants prévoient de voyager dans un futur proche. Et on ne peut que les comprendre… Comment se projeter, rêver à des vacances – même tout près de chez soi – alors que règnent incertitude, insécurité et indécision, et ce à tous les échelons de la vie quotidienne?

C’est dans ce contexte inédit que les acteurs de la branche touristique préparent, planifient, peaufinent une saison d’été aux contours aussi diaphanes qu’incertains pour offrir à leur clientèle des vacances au sommet.

 

Comment se projeter, rêver à des vacances – même tout près de chez soi – alors que règnent incertitude, insécurité et indécision, et ce à tous les échelons de la vie quotidienne?
Karin Perraudin, présidente du groupe mutuel, Saillon

 

Si le tableau paraît bien sombre, voyons toutefois le verre à moitié plein. Cette crise n’ouvre-t-elle pas des perspectives encore inexploitées? L’occasion de faire naître de nouveaux modèles? De laisser place à l’innovation sans pour autant oublier de remettre sur le devant de la scène les valeurs essentielles qui font de notre région ce qu’elle est, authentiquement? De redonner place à la proximité et au terroir? Ce retour au local est une chance pour ancrer de nouvelles habitudes de consommation et pour valoriser les richesses de notre région. Et si, simplement, nous redécouvrions les trésors qui nous entourent?

Dans la gestion de ce virage touristique, seul comptera au final notre capacité d’adaptation et notre force de proposition pour surmonter l’incertitude, inspirer nos clients et surtout donner vie à des expériences uniques, authentiques, inoubliables. Et dans ce domaine – et pour le coup c’est une certitude – le Valais a tout à offrir!

Karin Perraudin, présidente du groupe mutuel, Saillon