Iserables: près de 5 millions de francs dans une nouvelle installation de turbinage des eaux

La commune d'Isérables a créé une société anonyme qui va investir plus de 4,5 millions dans la construction d'une conduite forcée et d'une turbine à Riddes. Gain espéré: plus de 500'000 francs par année.

22 janv. 2015, 14:52
Riddes le, 19 janv. 2015 : Station de Turbinage de Riddes.  ©Sacha Bittel/Le Nouvelliste

Dès l’an prochain, l’eau va pleinement justifier son appellation d’or bleu du côté d’Isérables. «Avec la future mise en service de la microcentrale du Pied du Mont, le turbinage de nos eaux potables va apporter – bon an, mal an – un bon million de francs dans les caisses communales», confirme le président Régis Monnet. Une sacrée manne pour une administration qui doit actuellement composer avec une marge d’autofinancement inférieure à 700'000 francs.
La rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) - cet instrument de la Confédération qui sert à promouvoir la production d'électricité à partir d'énergies renouvelables et à compenser la différence entre le montant de la production et le prix du marché – étant garantie pour 25 ans à partir de la mise en service, l’apport de cette nouvelle infrastructure devisée à 4,5 millions de francs a été estimée à 590'000 francs par an.

«A l’heure actuelle, le gain de la seule microcentrale du Arzay est de 410'000 francs», précise Régis Monnet. Qui se réjouit donc de voir les travaux d’aménagement du secteur aménagé entre Isérables et Riddes – avec la construction d’une conduite forcée de 250 millimètres de diamètre pour une chute de 677 mètres - enfin démarrer. «Le début des travaux est programmé pour cet été avec une mise en service espérée dans le courant 2016 ».