Réservé aux abonnés

Du gravier à la nature

La gravière des Iles va être démantelée. Propriétaire du site, la bourgeoisie de Sion va devoir relever le défi de pallier la perte des revenus.
25 sept. 2016, 23:36
/ Màj. le 26 sept. 2016 à 00:01
Sion - 24 septembre 2016 - Les Iles - Portes ouvertes à la gravière de la bourgeoisie de Sion. Photo: Sabine Papilloud GRAVIERE5

«C’est une page qui se tourne» a souligné samedi matin Antoine de Lavallaz, président de la bourgeoisie de Sion, à la gravière des Iles. L’exploitation va en effet s’achever en cette fin d’année et en 2017 tout le site de production sera démantelé. «La loi interdit les gravières dans la nappe phréatique. C’était la dernière en Valais», a expliqué le conseiller bourgeoisial Grégoire Iten, chargé du dicastère. «Fin novembre, nous allons cesser l’extraction, nous allons vendre les installations. Des contacts ont déjà été pris avec des acquéreurs.» Une solution sera aussi trouvée pour les sept c...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois