NHL: «La draft de Hischier montre aussi que le travail en profondeur fait en Valais paie», estime le hockeyeur Thibaut Monnet

Le hockeyeur haut-valaisan Nico Hischier, 18 ans, est entré dans l'histoire du sport suisse et de la NHL dans la nuit de vendredi à samedi en étant repêché en première position de la draft 2017 par les Devils du New Jersey. Les réactions valaisannes du milieu du hockey sont à la hauteur de l'événement.

24 juin 2017, 12:51
/ Màj. le 24 juin 2017 à 20:01
Le hockeyeur haut-valaisan Nico Hischier, 18 ans, est entré dans l'histoire du sport suisse et de la NHL dans la nuit de vendredi à samedi en étant repêché en première position de la draft 2017 par les Devils du New Jersey.

Thibaut Monnet: «Le travail en profondeur fait en Valais paie»

Attaquant d’Ambri Piotta. Formé au HC Martigny, il évolue depuis 2000 en Ligue nationale A

«Je suis très heureux pour lui. Cela donne une belle image du hockey suisse, et montre qu’on a en Valais un très bon niveau de formation, notamment au niveau des U15 (moins de 15 ans, ndlr.) et U16. On travaille de mieux en mieux en termes de préparation physique, et ce travail en profondeur paie.

Je n’ai vu que quelques vidéos de lui, mais il est évident qu’il a d’énormes qualités, notamment une vision du jeu et une vista offensive impressionnantes pour un joueur de son âge. Il a dit vouloir se mettre immédiatement au travail: garder ainsi les pieds sur terre lui permettra de progresser encore.»

>> A lire aussi: Le Haut-Valaisan Nico Hischier a marqué l’histoire du hockey suisse et de la NHL cette nuit à Chicago

Didier Massy: «On ne le laissera pas faire ce qu’il veut»

Ancien défenseur de Ligue nationale A (Sierre, Lugano – club avec lequel il a remporté trois titres de champion suisse –, Davos). Arbitre en LNA depuis 2007.

«On peut en être très fier. Cela démontre qu’en Valais on a une formation qui tient la route. Et cela ouvre de belles perspectives pour les jeunes, qui voient que c’est possible. Hischier, je l’ai arbitré une ou deux fois quand il jouait à Viège. C’est un talent fou. Aujourd’hui, si tu te retrouves à 16 ans en Ligue nationale A, c’est que tu es un surdoué.

Le fait qu’il soit tombé dans une équipe qui n’est de loin pas la meilleure de la ligue sera pour lui une chance de s’exprimer. Mais ce n’est pas parce qu’il a été drafté en numéro un qu’on le laissera faire ce qu’il veut. Il va devoir se faire à des charges chez les hommes, adultes, dans un milieu plus roublard. Il y aura des hauts et des bas, il y aura peut-être des blessures, mais il a la tête sur les épaules et l’humilité nécessaire pour avancer marche après marche.»

Bob Mongrain: «C’est une route vers la légende!»

Ancien joueur de NHL (Buffalo, Los Angeles) et de Ligue nationale A (Kloten, Sierre), ancien entraîneur (Sierre, Viège, Portes du Soleil, Sion… et Halifax Mooseheads, en ligue junior du Québec, où Hischier a évolué durant la saison 2016-2017)

«Le meilleur espoir au monde est valaisan! C’est tout simplement historique, et je ne crois pas que les gens réalisent ce que cela représente. Cette année, l’Amérique du Nord a découvert Nico, l’an prochain c’est tout le monde qui va le découvrir. Je me réjouis vraiment de voir jusqu’où il peut aller. Quand on voit les noms de ceux qui ont été draftés en numéro un (Crosby, McDavid, Kane, Ovechkin…), on comprend que c’est une route vers la légende.

Nico, c’est un talent incroyable, la saison dernière des gens m’appelaient pour me demander d’où il sortait. C’est le genre de joueurs pour lesquels plus le challenge est grand, meilleurs ils deviennent. Pour moi, c’est absolument certain qu’il va jouer avec les Devils. Vraiment, le Valais peut en être fier. Et on va s’en servir, parce que d’autres jeunes derrière vont se mettre à rêver.»

>> A lire aussi: La famille de Nico Hischier réagit à la page historique que le nouvel élément des New Jersey a écrite vendredi

Sébastien Pico: «Nico rend ses coéquipiers meilleurs»

Directeur général du EHC Viège (club des débuts de Nico Hischier) depuis 2005

«Qu’il sorte numéro un est vraiment quelque chose d’exceptionnel. Mais cela responsabilise aussi, on est davantage sous les feux de la rampe. Pour lui, ce sera une pression supplémentaire à gérer, mais il a tellement bien géré jusqu’ici, avec intelligence et humilité, que je ne me fais pas de souci pour lui.

Il a été un de nos joueurs, il a fait toute sa formation dans nos rangs, alors évidemment c’est une vitrine pour le EHC Viège. Mais c’est surtout une grande fierté pour lui, le mérite lui revient à lui. C’est un joueur qui n’a pas vraiment de manquement. Il est complet, il rend ses coéquipiers meilleurs et il a une vision du jeu exceptionnelle. Il a tellement de choses à amener à une équipe qu’il collera bien à toute ligue dans laquelle il jouera.»

Pius-David Kuonen: «Avec son talent, Nico ne peut pas se louper»

Directeur sportif du EHC Viège (club des débuts de Nico Hischier) de 1992-2009. Vice-président de la Fédération suisse de hockey de 2009 à 2015. Président de la Ligue nationale de hockey de 2012 à 2015.

«C’était presque pas croyable. Qu’un jeune gars de 18 ans, du Valais, arrive à un premier rang de la draft, c’est fantastique. Il y a 20 ans, ce n’était pas imaginable. Maintenant, cela montre à tout jeune qui commence le hockey que tout est possible. Mais le mérite le plus grand revient peut-être à Peter Baldinger, qui a été son coach à Viège et qui a sorti aussi des joueurs comme Vincent Praplan, Yannick Herren, Fabian Heldner… C’est aussi le couronnement de ce travail.

Maintenant, le principal pour Nico sera d’éviter les blessures. Pour le reste, avec le talent qu’il a, il ne peut pas se louper. Et ce qui est sûr, c’est qu’un joueur qui est choisi en numéro 1 ne va pas jouer en quatrième ligne. Les Devils vont lui donner le temps de glace qui lui sera nécessaire pour s’améliorer.»

Arnaud Jacquemet: «Une première pierre pour le HC Valais»

Défenseur, Genève Servette. A joué notamment deux saisons en Ligue canadienne de hockey

«C’est super pour le hockey suisse et valaisan. Cela montre qu’on a dans le canton une bonne formation. C’est une première pour le futur HC Valais… (sourire). Maintenant, rien n’est acquis. Etre choisi en numéro 1, ça aide, mais ce sera à lui de continuer à travailler pour saisir sa chance.

Ce qui est sûr, c’est qu’il lui faudra du temps de jeu. Jouer en 4e ligne avec les Devils ne servira à rien, il serait mieux alors qu’il revienne en Europe. Mais à mon avis il aura sa chance dans les deuxième ou troisième ligne à New Jersey. Il ne faut pas non plus le forcer trop tôt. Mais les Devils sauront faire le bon choix pour lui, et puis il a la tête sur les épaules.»

Benoît Pont: «Une médaille d’or pour la Suisse passe par des joueurs comme Nico»

Ancien joueur de Ligue nationale A avec La Chaux-de-Fonds, Langnau, Genève Servette et Ambri

«On est fier pour le hockey suisse. Je connais Nico depuis ses 10 ans. Je ne crois pas beaucoup au talent, mais lui a toujours été plus fort. C’est un super joueur, travailleur, humble. Et puis cette draft montre que le hockey suisse se développe, qu’on a de bons joueurs. Dans le sport, si tu veux avoir du succès, il faut penser grand: c’est cette culture qu’on veut donner à nos jeunes.

En Suisse, où on est encore loin des meilleurs, on doit acquérir de la confiance si un jour on veut pouvoir gagner une médaille d’or quelque part. Le but est très élevé, mais c’est possible, et ça passe par des joueurs comme Nico. Maintenant, il doit se renforcer. S’il joue direct en NHL, il aura moins d’impact et cela pourrait peser sur sa confiance. Jouer dans une ligue en Europe ne serait pas mal pour lui.»

Gérald Métroz: «S’il travaille bien cet été, il est tout proche de la NHL.»

Agent de joueurs certifié NHL. Président de Third Eye Services S.A., société fondée avec Gaëtan Voisard, agent de Nico Hischier

«Pour Nico, pour le hockey suisse, c’est un moment historique. Maintenant, avec les honneurs vont les attentes: il a une grande pression sur les épaules. Mais c’est un bon «kid» et il est bien entouré.

Quel serait le meilleur choix, entre jouer tout de suite en NHL, venir se renforcer en Suisse, ou jouer en Ligue junior? Cela se décidera cet été, entre juillet et septembre. Les Devils l’orienteront. Il n’y a pas de mauvais choix. A mon avis, s’il travaille bien cet été, il est tout proche de la NHL. Il a tout, mais il doit améliorer encore son patin et gagner en robustesse. Mais même au niveau physique, il était étonnamment bien coté dans la période qui a précédé la draft.»