Réservé aux abonnés

Histoire d'eaux

L'or bleu se porte bien en Valais. Quantité et qualité sont au rendez-vous. Reste qu'il va falloir investir des sommes

18 févr. 2010, 05:01

Ouvrir le robinet, remplir son verre d'eau fraîche, boire d'un trait pour étancher sa soif... Une suite de gestes d'une banalité franche: ici, tout un chacun peut s'y livrer les yeux fermés, sans y penser, sans arrière-pensée. Et pourtant. Il y a peu, un groupe de travail de l'ONU relevait que plus de 100 millions d'Européens n'ont toujours pas d'eau potable à domicile. Ce qui provoque, toujours en Europe, le décès de plus de trente enfants par jour (chiffre OMS 2006), pour cause de diarrhée! En Valais, ce sont les com...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois