Dernier sursis pour Jean-Marie Cleusix

Le Conseil d'Etat a pris connaissance du rapport du groupe de travail interdépartemental mis en place suite à la démission de Jean-Marie Cleusix. Il a décidé d’en suivre les conclusions et recommandations. En cas de problème de comportement dans sa nouvelle activité de professeur au collège de Saint-Maurice, l'ex-chef du service valaisan de l'enseignement sera licencié avec effet immédiat.

29 sept. 2016, 09:35
Le groupe de travail a pu identifier, à propos du comportement de
Jean-Marie Cleusix, des griefs liés à sa personnalité et à son style de management.

Comportements inadéquats et problématiques, dysfonctionnements au sein du service de l'enseignement: le gouvernement valaisan a livré jeudi son rapport sur Jean-Marie Cleusix. Il estime que son déclassement au poste d'enseignant constitue une sanction suffisante.

"En cas de problème de comportement dans sa nouvelle activité, il sera procédé à son licenciement immédiat", a indiqué le Conseil d'Etat. Le gouvernement avait nommé un groupe de travail pour identifier d'éventuels griefs à l'encontre de l'ancien chef de service et de possibles dysfonctionnements au service de l'enseignement.

Jean-Marie Cleusix a quitté sa fonction de chef du service valaisan de l'enseignement, officiellement pour des raisons de santé, en juillet dernier. Depuis septembre, il enseigne au collège de St-Maurice.

En 2015, le Conseil d'Etat lui avait infligé un blâme écrit pour avoir violé les devoirs de loyauté et de fidélité ainsi que l'obligation de réserve. Ceci dans le cadre d'une affaire autour d'un litige fiscal l'opposant à la commune de Leytron.