BCVs: les guichets de Saillon, Ardon et Chamoson dans le viseur

La Banque Cantonale du Valais supprime plusieurs de ses représentations dans certains villages du canton, pour concentrer sa présence dans un seul lieu "stratégique" de la région. Plusieurs personnes devraient perdre ainsi leur emploi.

06 mai 2014, 15:02
Le guichet de Chamoson devrait fermer ses portes dans les prochains mois. Les cliens du village devront alors se rendre à Leytron où une succursale sera créée.

La banque cantonale du Valais continue sa réorganisation des représentations (soit les guichets de la BCVs répartis dans les différents villages du canton) et des succursales (les structures menées par des professionnels de la banque et qui fournissent  également également des services conseils à la clientèle). Conséquence non négligeable de cette restructuration: plusieurs représentations ferment dans certains villages du canton pour être concentrées dans des succursales de la région en question.

Comme cela a été le cas par exemple avec le Val d’Hérens qui a perdu ses représentations à Hérémence et Les Collons en 2012. La BCVs a ensuite ouvert une succursale à Vex pour desservir les clients de la région. Elle vient également de fermer sa représentation à Liddes à la fin avril et fermera celle de Finhaut à la fin mai.

Fermetures «imminentes»

Ces prochains mois, selon nos sources, ce serait notamment au tour des représentations de Saillon, Ardon, Chamoson et Erde de disparaître. La BCVs envisage de créer une succursale à Leytron pour accueillir les clients des trois premiers villages.

Quant aux clients d’Erde, ils devront se rabattre sur la succursale existant déjà à Conthey. Impossible cependant de connaître les dates de ces fermetures.
Du côté de la banque cantonale du Valais, on se borne à nous répondre que ces «évolutions sont imminentes. Chaque situation est analysée, évaluée et cela prend du temps», selon les termes de Jean-Yves Pannatier, responsable communication et responsable Retail.

Postes supprimés

Plusieurs postes de travail sont concernés par ces «évolutions». Chaque représentation de la BCVs est gérée par une personne liée par contrat de mandat à la banque et qui engage ses propres collaborateurs pour les activités au sein de la représentation. Ces "représentants" sont souvent issus de milieux de fiduciaires, de l’immobilier ou des assurances. «Ils sont indépendants et pour la plupart d’entre eux, leur activité bancaire n’est pas leur seule ressource», nous a précisé Pascal Perruchoud, le président de la direction générale de la BCVs.
En fermant une représentation, plusieurs employés perdront cependant bel et bien leur travail, après, souvent, plusieurs années d’activités au guichet.

Lisez notre dossier dans l'édition papier du "Nouvelliste" de mercredi.