Affaire Cleusix: plainte pénale de Leytron

La municipalité de Leytron et son président Patrice Martinet ont annoncé ce jeudi matin avoir déposé plainte pénale contre Jean-Marie Cleusix pour enregistrement illégal, faux témoignage, faux rapport et fausse déclaration en justice.
07 août 2015, 14:20
Une instruction est ouverte contre le président de Leytron Patrice Martinet, dans le cadre de l'affaire Cleusix.

La commune de Leytron dépose plainte pénale contre Jean-Marie Cleusix pour enregistrement illégal et fausse déclaration en justice.  Pour mémoire, Le président de Leytron, Patrice Martinet, avait révélé le dossier Cleusix au mois de janvier en conférence de presse. Comme l'a révélé le rapport des commissions du Grand Conseil la semaine dernière, une stagiaire de l'Etat du Valais, se faisant passer pour une personne représentant le service de l'information, a enregistré la conférence de presse sur mandat de Jean-Marie Cleusix lui-même. L'enquête a démontré que cette même collaboratrice est aujourd'hui membre de l'état-major du Département de la formation et de la sécurité. Selon la commune de Leytron qui se base sur l'analyse d'un ingénieur du son, cet enregistrement a été "modifié et corrompu."

C'est ce même enregistrement sur lequel s'appuie Jean-Marie Cleusix pour avoir ouvert, depuis mars 2014, une instruction pénale contre le président de Leytron pour violation du secret fiscal. Le chef du service de l'enseignement assure qu'il a envoyé cette collaboratrice au nom du Conseil d'Etat et que son nom n'a jamais été prononcé lors de la conférence de presse. Aspect que conteste la commune de Leytron puisque plusieurs représentants des médias attestent que le nom de Jean-Marie Cleusix a bel et bien été prononcé. Dénonçant l'inaction du Conseil d'Etat, Patrice Martinet lâche: "Pour moi aujourd'hui c'est clair, nous considérons que le Conseil d'Etat a commandité tout cela. Le temps des enquêtes est terminé, il faut passer à l'action."

De son côté, par un communiqué de son avocat, Jean-Marie Cleusix dément toutes les accusations et assure que ses déclarations sont conformes aux faits. Une nouvelle plainte pénale pour diffamation sera déposée contre Patrice Martinet. Quant au Conseil d'Etat, il nie toute implication dans cette affaire.