Réservé aux abonnés

Les apprentis peuvent voir l'avenir en rose

Pas d'inquiétude pour la filière duale, c'est la constatation des directeurs d'écoles professionnelles réunis à Martigny.

09 mai 2015, 00:01
data_art_3125304

"On peut très bien atteindre des postes à grandes responsabilités en commençant par un apprentissage. Pierre-Alain Grichting (ndlr: président du conseil d'administration de Provins), en est un bon exemple. Il a commencé sa carrière par un apprentissage de boucher!" s'exclame Gabriel Décaillet, le directeur du Bureau des métiers, en marge de la Conférence suisse des directeurs d'écoles professionnelles à Martigny (voir encadré).

Pour lui, l'image de l'apprenti en Suisse, et en Valais particulièrement, est à revaloriser. Un atout indispensable pour continuer à disposer de suffisamment d'appre...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois