Le Valais aura son RER

Le Valais sera doté de son propre Réseau Express Régional (RER) dès le 9 décembre lors du changement d'horaire.
06 août 2015, 15:15
rer

Le Valais lance son Réseau Express Régional. Le RER Valais/Wallis sera opérationnel dès le 9 décembre à la date du changement d’horaire. Dans un premier temps, la ligne entre Monthey et Brigue sera desservie en continu aux heures de pointe avec un train chaque trente minutes. Puis, dès 2016, cette cadence à la demi-heure se généralisera.

Dans une grande partie des gares régionales, le train s’arrêtera plus de 50 fois par jour, ce qui représente une augmentation moyenne du nombre de trains de 30%. Le Valais est ainsi le troisième canton romand à se doter d’un RER après Vaud et Fribourg.

6 millions de passagers

Les utilisateurs du RER valaisan sont principalement des étudiants, des pendulaires, mais aussi des consommateurs de loisirs. «Certaines fois, nous nous retrouvons avec beaucoup de monde sur le quai et pas suffisamment de places dans les trains», explique Jacques Melly, Conseiller d’Etat en charge du Département des transports, de l’équipement et de l’environnement.

Avec la nouvelle offre, les voyageurs auront ainsi davantage de chance de trouver une place et également plus de souplesse dans les horaires. En parallèle, des discussions sont menées avec les écoles du canton pour tenter d’échelonner les heures de début de cours et donc répartir les passagers.

Quant à l’avenir, RegionAlps souhaite atteindre les 6 millions d’utilisateurs à l’horizon 2018. Cela représente un million de plus que la fréquentation enregistrée sur l’année 2012, soit une augmentation de 20%. «C’est un objectif ambitieux», comme l’a souligné Grégoire Praz, le directeur de RegionAlps.

Le canton et la société de transports veulent séduire de nouveaux clients, des pendulaires. «Nous voulons les inciter à changer leurs habitudes», précise Pascal Bovey, chef du service des transports. En conférence de presse, Jacques Melly a affirmé que le canton «veut offrir aux Valaisannes et aux Valaisans des moyens de transports performants et tournés vers l’avenir».

Se donner les moyens

Ces améliorations résultent d’un travail de plusieurs années mené par la compagnie RegionAlps et le Département cantonal des transports. Et elles ont bien sûr un coût: «C’est le prix à payer pour maintenir l’attractivité du canton pour sa population, mais aussi pour les touristes», souligne Jacques Melly.

Le projet nécessite un investissement de 15 millions de francs pour l’achat de trois rames supplémentaires. Le coût annuel supplémentaire est estimé entre 2 et 3 millions de francs. Le taux de couverture de la société RegionAlps est, quant à lui, inférieur à 50%. Il se situe à 35%. La subvention annuelle fédérale et cantonale se monte à près de 23 millions de francs, prise en charge pour un tiers par le canton et pour deux-tiers par la Confédération.

La société est détenue à 70% par les CFF, à 18% par les Transports de Martigny et Régions SA et à 12% par le canton. Le message du Conseil d’Etat va donc clairement à l’encontre de celui de la Confédération qui déclarait dernièrement vouloir supprimer les lignes ferroviaires qui n’atteignent pas ce taux de couverture de 50%.

Un premier pas

Pour informer la population de la nouvelle offre, une campagne va être lancée. Un  logo RER Valais/Wallis a également été créé afin de donner une forte identité valaisanne au réseau régional. Précisons encore que le développement du RER s’inscrit dans la mise en place des agglomérations, dont l’amélioration des transports publics est l’une des priorités. En parallèle, la modernisation de la ligne du Simplon d’ici 2018 permettra de faire circuler des trains à deux étages en Valais.