Réservé aux abonnés

Le triomphe du cosmopolitisme

La Fondation Pierre Gianadda accroche à ses cimaises les Modigliani des collections suisses et du Centre Pompidou à Paris.

21 juin 2013, 00:01
data_art_1651901.jpg

Amedeo Modigliani a longtemps été un artiste maudit. Toute sa vie, il a tiré le diable par la queue. Après sa mort, son oeuvre a atteint des sommets exorbitants sur le marché de l'art. Et cela a été une deuxième malédiction: les historiens de l'art ont boudé cet artiste trop reproduit, trop copié, trop galvaudé. Les temps changent. Catherine Grenier, directrice-adjointe du Centre Pompidou, propose à la Fondation Pierre Gianadda une exposition autour de Modigliani et de ses amis peintres et sculpteurs.

Migrants géniaux

Cette école de Paris regroupe une communauté à géométrie variable de migra...