Réservé aux abonnés

L'or au bout du scalpel

La rupture du ligament croisé antérieur du genou n'est plus automatiquement synonyme de fin de carrière pour les sportifs de pointe... et les autres. L'aide du chirurgien permet de vaincre le mauvais sort.
02 août 2015, 19:12

Bouger n’est pas toujours bon pour la santé… Le genou est fortement sollicité par la pratique de certains sports. L’entorse est une pathologie fréquente, redoutée, voire redoutable. Sa forme la plus grave voit la rupture du ligament croisé antérieur: une fine cordelette reliant le fémur au tibia et assurant, avec trois autres ligaments, la stabilité de l’articulation. Lorsqu’un tel accident se produit, le sportif d’élite qui veut continuer sa carrière n’a pas le choix. Départ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois