Réservé aux abonnés

Idéaliste incompris ou criminel endurci?

Bernard Rappaz s'est présenté devant le Tribunal cantonal en victime du système. Pour réclamer son acquittement dans une importante affaire de violation de la loi sur les stupéfiants.

29 août 2008, 05:01

«La justice valaisanne veut ma peau!» Hier devant le Tribunal cantonal, Bernard Rappaz ne s'est pas contenté de réclamer son acquittement dans une affaire de violation grave de la loi sur les stupéfiants, de gestion déloyale aggravée et de blanchiment d'argent. Il a aussi voulu profiter de cette tribune pour dire tout le mal qu'il pense des policiers et des juges de ce canton. «Dans cette affaire, tout a été fait à charge», s'est plaint celui qui s'est présenté comme un «politicien idéali...