ValaiStars: «Le personnel soignant en avait besoin»

«Le Nouvelliste» distribue des diplômes ValaiStars 2020 aux 108 établissements sanitaires du canton qui ont traité des patients Covid. Ils symbolisent le personnel soignant.

08 févr. 2021, 12:00
Une partie du personnel de l'EMS Les Fleurs du Temps, à Fully, pose avec le diplôme ValaiStars 2020.

Comme la pandémie a empêché «Le Nouvelliste» d’organiser sa cérémonie de remise du prix ValaiStars, le quotidien valaisan a décidé de remettre symboliquement un diplôme personnalisé à chacun des 105 établissements sanitaires valaisans qui ont traité des patients atteints du Covid. «Nous voulions vraiment toucher l’ensemble du personnel soignant avec un geste de gratitude.

Ces 105 diplômes grand format peuvent être affichés de manière visible dans l’établissement et rappelleront toujours l’investissement de ces milliers de personnes durant cette pandémie», explique Eric Meizoz, directeur du «Nouvelliste», qui en a remis quatre en main propre en compagnie de Vincent Fragnière, rédacteur en chef du journal. « A travers cette journée de distribution et de rencontres, nous avons compris à quel point cette nomination a fait du bien au personnel soignant.»

A lire aussi : Notre long format consacré au personnel soignant

Une reconnaissance au bon moment 

Pour Eric Bonvin, directeur de l’Hôpital du Valais, elle intervient au bon moment. «Cette distinction est importante pour la reconnaissance de l’engagement extraordinaire du personnel après une deuxième vague plus difficile à vivre à ce niveau.» Au CMS de Sierre, qui est aussi l’un des seuls à gérer un EMS, on espère avec l’arrivée du vaccin accueillir ce prix comme symbole d’un retour à la normale. «Voir partir certains de nos pensionnaires aussi rapidement a été très douloureux à vivre. Pour celles et ceux qui restent, une vie normale à l’intérieur de l’établissement doit pouvoir reprendre après la deuxième dose de vaccin. C’est important.» 

Une période très difficile, mais enrichissante 

Du côté de l’EMS de Fully, le personnel soignant, qui a choisi d’accrocher le diplôme dans le hall d’entrée, est catégorique. «Les deux vagues ont été très différentes à gérer et à vivre. Mais personne n’a songé à quitter son poste ou à changer de travail.» Nicole Jäggi, une infirmière-cheffe de Rennaz, va même plus loin. «Au sein des équipes qui ont été directement en contact avec des patients Covid, on ne se pose plus la question du sens de nos métiers. Celui-ci a même été renforcé.» Et cela malgré des salaires à revoir à la hausse, un combat politique qui existe depuis longtemps, mais qui doit aujourd’hui, après cette pandémie, se matérialiser dans les faits. «C’est aussi indirectement un message que permet de délivrer ce diplôme ValaiStars», ajoute Eric Meizoz.

La Rédaction