Parc éolien: du vent qui fait des vagues en Valais

Dimanche 9 février, les citoyens de Saxon et Charrat se prononceront sur l'implantation d'un parc de cinq éoliennes sur leur territoire. Partisans et opposants bataillent ferme depuis plusieurs mois.

03 févr. 2014, 13:06
Quatre éoliennes devraient rejoindre Adonis, la plus grande machine du genre en Suisse érigée à Charrat (VS). Mais la résistance s'organise contre ce projet de parc éolien.

Les citoyens des communes de Saxon et de Charrat en Valais se prononceront le 9 février sur l'implantation d'un parc de cinq éoliennes sur leur territoire. Entre partisans et opposants, la bataille fait rage depuis plusieurs mois.

L'enjeu revêt une certaine importance puisque ce sera la première fois en Valais que des citoyens sont appelés à se prononcer sur l'énergie éolienne. Porté par la société ValEole et les deux communes concernées, le projet a suscité 330 oppositions suite à sa mise à l'enquête en avril 2013.

Une première éolienne, la plus grande de Suisse au moment de sa mise en service en septembre 2012, est déjà érigée sur la commune de Charrat. Elle mesure 150 mètres de hauteur au sommet des pales et produit 7 millions de kWh par année.

Une production égale à la consommation

L'ensemble du parc aura donc une production de 35 millions de kWh, soit l'équivalent de la consommation totale des deux communes, ménages, industries et services communaux confondus. Saxon et Charrat comptent ensemble 5400 habitants. Sollicitée dans un premier temps pour accueillir une éolienne, la commune de Fully y a renoncé.

L'investissement de quelque 35 millions de francs sera assumé par ValEole. La société est contrôlée pour moitié par les communes de Charrat, Saxon, Saillon, Riddes, Fully et Martigny et pour moitié par les cinq sociétés électriques de la région.

Positions tranchées

Groupés dans l'Association pour la protection du paysage du coude du Rhône (APPCR), les opposants contestent vigoureusement le projet. Ils dénoncent l'impact sur le paysage ainsi que les nuisances sonores et visuelles.

Les opposants jugent les inconvénients disproportionnés par rapport au peu d'énergie produite par ces éoliennes. Ils ne contestent pas l'avenir que peut avoir l'énergie éolienne, mais estiment que ces installations n'ont pas leur place à proximité d'habitations.

Les promoteurs rétorquent que l'argument paysager est subjectif. La question de fond est que la Suisse veut sortir du nucléaire et que le Valais a des richesses à exploiter pour y contribuer, comme l'eau, le soleil ou le vent.

Chaque camp est persuadé d'avoir l'appui de la majorité de la population. Les urnes livreront leur verdict dimanche.