Des Valaisans d'Amérique racontent l'élection aux USA

De nombreux Valaisans vivent aux Etats-Unis. Plusieurs d'entre eux nous livrent leurs pronostics.

04 nov. 2012, 17:55
Les Valaisans immigrés aux USA pronostiquent plutôt une victoire de Barack Obama. (AP Photo/Pablo Martinez Monsivais)

Pierre Dorsaz est originaire de Fully. Il travaille pour Swissnex Boston, le consulat scientifique Suisse de Boston: «Obama, va gagner de très peu, grâce à la prime au sortant et les derniers chiffres sur l’économie moins alarmistes que prévus.»

L'Orserain Amédée Murisier travaille dans une société de consulting à Boston: «Le candidat républicain a bénéficié d'une couverture médiatique dont il se serait bien passé, ayant commis malgré lui quelques-unes des maladresses les plus marquantes de la campagne. Il a cependant pris garde à ne pas ramener de caillou en guise de souvenir de vacances et la course est plus indécise que jamais à quelques jours des élections!»

L’Orseraine Aline Darbellay étudie le droit à l’université de San Diego: : «Le sentiment général est que les dix "swing states" (Etats indécis) vont déterminer le résultat, comme si leurs voix seules comptaient. Les médias tentent de maintenir le suspense. Toutefois, les sondages confirment sans cesse la probabilité élevée de la réélection du Président Obama. Mon pronostic penche en faveur du Président Obama.»

La Sédunoise Nicole Pitteloud vit en Californie depuis plus de 16 ans: «En 2008 lorsque Obama avait été élu, tout le monde avait un espoir énorme, mais malheureusement le résultat actuel est bien loin des attentes des gens. Personnellement, je pense qu'il y avait trop d'espoir et que le président ne pouvait pas faire des miracles. Mon pronostic est que la course va être très serrée, mais Obama va gagner je pense.»

Frédérique Roduit-Bosi vient de Monthey. Elle est mariée à un Fullerain, avec qui elle a trois enfants. La famille a quitté la Suisse en 1996. Depuis, elle est devenue américaine. Elle habite à Summit, une ville du New Jersey, située dans la banlieue de New York City: «Certains qui avaient voté pour Obama, comme mon fils Val, ont vite déchanté. Ils ont découvert un président idéologue, plus intéressé à faire avancer ses idées qu'à résoudre des problèmes. Je ne sais pas qui sera le prochain président. Mais aujourd'hui je parierai sur Romney.»

Découvrez aussi la manière dont les Valaisans d'Amérique ont vécu la campagne électorale qui s'achève dans l'édition papier du Nouvelliste.