Réservé aux abonnés

Filmer avant qu’il ne soit trop tard

Atteint d’une dégénérescence de la rétine, le réalisateur suisse Manuel von Stürler accomplit un voyage au pays de la vision. Sans pathos, passionnant et combien émouvant.

07 févr. 2018, 00:01
DATA_ART_5140807

Né en 1968 à Lausanne, Manuel von Stürler a commencé par se faire l’oreille en étudiant le trombone, le piano et la composition au Conservatoire de Neuchâtel notamment. En 2008, von Stürler délaisse l’ouïe pour se vouer au cinéma, art du regard par excellence. En la circonstance, ce détail biographique n’est pas sans importance… Quatre ans plus tard, le cinéaste signe «Hiver nomade», qui décrit une transhumance que notre urbanisation galopante rend de plus en plus ardue.

Quête introspective

Fort du Prix du meilleur documentaire européen, von Stürler aborde dans «La fureur de voir» le sujet qui a...