Martigny: double deuil pour un groupe de rap

Tous deux âgés de 23 ans, les deux jeunes décédés ce week-end faisaient partie d’un groupe de rap à Martigny. Les autres membres sont sous le choc.
20 mars 2018, 16:54
Le groupe des Evadés sur sa page Facebook. Avec la casquette rouge, le jeune homme décédé vendredi en gare de Martigny. A droite, veste bordeau, l'automobiliste qui a perdu la vie dimanche.

Un jeune groupe de rap martignerain se voit cruellement frappé par un double deuil. Deux morts aussi violentes que rapprochées.

En effet, en moins de 48 heures, le groupe Les Evadés a perdu deux de ses membres, tous deux décédés dans des circonstances tragiques à Martigny. 

La première victime n’est autre que le Camerounais de 23 ans tué par un coup de couteau vendredi soir en gare de Martigny.

 

>> A lire aussi :  Martigny : tué sur le quai pour un simple joint ?

 

L’autre victime est un jeune Valaisan, lui aussi âgé de 23 ans, qui s’est tué pour une raison encore inexpliquée au volant de sa voiture en percutant un muret sur la route cantonale entre Martigny et Charrat.

 

>> A lire aussi : Un homme se tue au volant entre Martigny et Charrat

 

Amis très proches

 

Ainsi, à la douleur des familles s’ajoute donc celle des membres des Evadés. Car cette bande unie perd deux amis très proches. Peu connu, en devenir, ce groupe n’avait pas encore publié de véritable album, mais commençait sérieusement à travailler depuis quelque temps et avait de l’ambition.

 

Mardi matin, encore sous le choc, ses membres hésitaient à évoquer ce drame publiquement. Finalement, l’un d’eux a posté un message sur Facebook, repris par nos confrères du «Matin».

 

On y lit: «Les Evadés, mes frères, mes acolytes de sons ainsi que mes potes d'la galère. La mort nous a salement frappés ces derniers jours, rien ne sera plus pareil, mais on lâchera pas le combat et cela pour vous je vous aime mes frères.»

 

Interrogé par «Le Nouvelliste», ce jeune homme indique: «Le groupe est sous le choc, c’est terrible. Nous avons pris la décision de ne pas communiquer pour l’instant.» 

par Gilles Berreau