Une opération de réhabilitation pour le goron de Bovernier

Une démarche visant à sauvegarder le goron de Bovernier est en cours. Une vigne a été replantée il y a trois ans et les premières bouteilles ont fait leur apparition en décembre.

06 janv. 2015, 06:43
La municipale Chantal Sarrasin et l'œnologue Christophe Lugon-Moulin présentent les premières bouteilles de goron de Bovernier.

La commune de Bovernier recense une petite dizaine de cépages. Et s’il fallait n’en retenir qu’un, ce serait le goron, assurément le plus caractéristique du vignoble. Vin de seconde catégorie, le goron ne bénéficie pas, tant s’en faut, des faveurs des consommateurs. Les autorités locales le considèrent pourtant comme un pan essentiel du patrimoine vernaculaire. Une vigne appartenant à la bourgeoisie a ainsi été réhabilitée et une première cuvée riche de 400 flacons a fait son apparition en décembre dernier.

La commune de Bovernier vient de faire l’acquisition d’une vigne de 1400 mètres carrés, mieux située dans le vignoble. «Elle sera replantée en goron de Bovernier en 2016 et vendangée à partir de 2019. A terme, notre objectif est d’arriver à 1500 bouteilles par an», note la municipale Chantal Sarrasin. Le président Marcel Gay écarte d’emblée l’idée d’une stratégie commerciale avec le goron de Bovernier: «Notre volonté est de favoriser la consommation dans les établissements publics de Bovernier afin de mettre en valeur les richesses de notre vignoble dans une perspective de développement du tourisme doux.»

Tout savoir sur cette opération dans nos éditions payantes de ce mardi 6 janvier 2015.