Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

African Connection ou réseau de lampistes

Accusés d'avoir encaissé des chèques falsifiés, dix Africains et un Valaisan risquent de se retrouver en prison. Leurs défenseurs dénoncent un dossier vide et réclament leur acquittement.

15 nov. 2007, 05:01

«C'est l'appât du gain qui a guidé les accusés. Et leurs dénégations ne valent pas tripette.» Le procureur Olivier Elsig n'a pas fait dans la dentelle hier au moment de requérir contre les membres de ce qu'il appelé «l'African Connection». Dix ressortissants africains et un Valaisan qui se sont retrouvés devant le Tribunal de Martigny pour répondre de faux dans les titres, d'escroquerie, de tentatives d'escroquerie et de blanchiment d'argent.

Pour le représentant du ministère public, la culpabilité des accusés ne fait aucun doute. Tout comme leur désir de s'enrichir en tirant profit d'un stratagème rendu célèbre par une autre filière africaine: à savoir voler des chèques ou des ordres de paiement avant de les falsifier et de les encaisser. Pour arriver à leurs fins, ces AAngolais et Congolais se sont donc constitués en réseau. Tel est en tout cas le sentiment du Procureur Elsig qui a a estimé que...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias