La passerelle du Rosel déposée en une seule pièce

L'opération s'est révélée plus compliquée que prévu mais la dépose de la passerelle du Rosel s'est parfaitement déroulée.

21 nov. 2019, 16:00
Une grue de 300 tonnes a été nécessaire pour déposer la passerelle du Rosel, d'une portée de près de 50 mètres pour un poids de 18 tonnes.

La passerelle du Rosel n’est plus. Fermée au public depuis le 18 octobre dernier, destinée à être déconstruite, elle a été déposée en une seule pièce ce jeudi grâce à une imposante grue de 300 tonnes.

L’opération s’est bien déroulée, mais s’est révélée plus compliquée que prévu. «Une déconstruction est souvent délicate, avec des aléas toujours possibles. Il faut beaucoup observer et manœuvrer avec attention», souligne le grutier Morgan Pasquier, aux commandes d’un engin capable de soulever plus de 20 tonnes à une distance dépassant les 30 mètres. Il fallait bien cela pour lever la passerelle du Rosel, qui pèse plus de 18 tonnes pour une portée approchant les 50 mètres.

Représentant le maître d’œuvre, soit le Service de la mobilité, l’ingénieur en ouvrages d’art Gianluca Gatti a apprécié le travail réalisé par les entreprises spécialisées mandatées pour la déconstruction: «Tout s’est bien passé. Nous allons maintenant démonter la passerelle et remettre les lieux en état.»

Quant à la future passerelle, elle devrait être soumise à l’enquête publique avant la fin de l’année, pour une reconstruction espérée dans le courant de l’été prochain.

A lire aussi: La gouille du Rosel aura une nouvelle passerelle d’ici à l’été prochain
 

par Olivier Rausis