Réservé aux abonnés

Une volée de bois vert pour Boris Johnson

Le candidat donné favori dans la course à la succession de Theresa May menace de couper les vivres à l’Union. Une provocation fortement critiquée.Le candidat donné favori dans la course à la succession de Theresa May menace de couper les vivres à l’Union. Une provocation fortement critiquée.
12 juin 2019, 00:01
British Conservative Party lawmaker Boris Johnson leaves his home in London, Tuesday, June 11, 2019. Britain's Conservative Party is holding an election to replace Prime Minister Theresa May, who resigned last week after failing to lead Britain out of the European Union on schedule. Former Foreign Minister Boris Johnson is currently the bookies favorite to replace May. (AP Photo/Frank Augstein) Britain Conservatives

Boris Johnson, le principal candidat à la succession de Theresa May à la tête du Parti conservateur et du gouvernement britanniques, n’a pas attendu le lancement de sa campagne, aujourd’hui, pour jeter un (nouveau) pavé dans la mare, qui a fait boomerang.

Dans un entretien publié dimanche dans le «Sunday Times», Boris Johnson a indiqué qu’il refuserait de payer la facture du divorce du Royaume-Uni d’avec l’Union européenne, estimée à quelque 45 milliards d’euros, au cas où l’UE s’évertuerait à refuser de renégocier l’accord sur le Brexit et son «filet de sécurité irlandais» honni par ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois