Un FIFO pas comme les autres dans le viseur des Zachéos

50 ans de folklore élaboré célébrés sur scène.

21 juil. 2012, 11:16
Le groupe Zachéos.

Le 14e Festival international folklorique d’Octodure - à l’affiche du 29 juillet au 5 août à Martigny - aura forcément une saveur très particulière pour les Zachéos.

Coorganisateurs de la grande manifestation de l’été, les danseurs et musiciens valaisans vont en effet profiter de ce FIFO prometteur pour souffler les 50 bougies d’un ensemble créé en 1962 par Jean et Monette Daetwyler ainsi que Léon Monnier.

Et cet anniversaire, les Zachéos vont notamment le célébrer à l’occasion d’un grand spectacle de gala programmé le dimanche 29 juillet au CERM.

Rampe de lancement idéale pour le festival international, cette soirée exceptionnelle sera prétexte à retrouvailles pour tous ceux qui ont un jour porté le fameux costume des Zachéos. Elle sera aussi l’occasion de mesurer le chemin parcouru par ce groupe folklorique pas vraiment comme les autres qui a d’abord choisi d’explorer un style d'expression élaboré, avant d’opter au cours des années 1980 pour un folklore encore plus stylisé.

«Le  programme d'expression stylisée a été défini comme une forme qui s'inspire de la culture traditionnelle du pays. Les costumes sont recréés pour les besoins scéniques, la musique et les éléments de danse sont adaptés ou recréés pour les besoins d'une transposition scénique. Enfin la création de nouvelles danses utilise des éléments traditionnels pour présenter la propre idée du chorégraphe et du musicien.»

Héritier des époux Daetwyler, le directeur artistique du festival, Renaud Albasini estime que cette définition illustre bien le chemin parcouru par les Zachéos. Ceci d’autant plus que la participation à plus de 35 festivals dans le monde entier a permis d’étoffer les tableaux de danses avec une belle dramaturgie. C'est donc un spectacle complet que les Zachéos présentent à base de danse, musique et théâtralité.

Le dimanche 29 juillet prochain, leur spectacle du 50e sera agrémenté de la participation des groupes Swiss Folk Valais et l'Arc en Ciel d'Evolène.

«Cette démarche vise à garder la dose d'émotion qui est en relation avec le thème traité. Ainsi à travers le tableau de la Matze, des Masques du Lötschental, des scènes de vie paysanne et celui des mercenaires, le chorégraphe et le musicien souhaitent transmettre le climat émotionnel qui prévalait dans ces moments de la vie du valaisan. »