Réservé aux abonnés

Nico Hischier: "Je n'ai jamais aimé perdre. Mais aujourd'hui, j'ai appris à accepter la défaite."

Après ses six premiers mois passés au sein de la plus prestigieuse ligue mondiale, Nico Hischier se confie sur son quotidien, sa personnalité, sa popularité, les JO, l'équipe nationale, sa séparation avec les siens. En toute décontraction.
13 mars 2018, 18:00
Nico Hischier revient sur ses six premiers mois en NHL. Et s'est prêté au jeu de l'interview éclair.

Nico Hischier, on dit de vous que vous êtes un perfectionniste. C’est vrai?
C’est juste. Quand je dois progresser ou améliorer un domaine de mon hockey, je l’essaie et le répète jusqu’à ce que je le réussisse. Si l’entraîneur nous demande d’effectuer vingt pompes ou vingt flexions, je vais les faire. Jamais je ne m’arrêterai à dix-neuf. 

Ce perfectionnisme peut donc expliquer vos 43 points inscrits après 69 matchs. Vous attendiez-vous à un tel bilan pour votre premi&egra...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois