Réservé aux abonnés

Le rêve se construit à deux

Thibault Trancart, aveugle depuis dix ans, et son coach, Manoelle Pauli, aspirent à disputer les Jeux paralympiques 2018 à PyeongChang. Dès le mois d’août, ils dévalent les pistes en Valais.

28 juin 2017, 23:07 / Màj. le 29 juin 2017 à 00:01
thibault trancart

«Le rêve paraît inaccessible, vu de l’extérieur. Mais nous, on y croit.» Nous, c’est Thibault Trancart, un Genevois âgé de 25 ans qui a perdu la vue depuis dix ans et Manoelle Pauli, originaire du Plateau de Diesse mais établie à Nendaz depuis douze ans, monitrice de ski. A eux deux, ils ont donc fait un rêve: participer aux Jeux paralympiques 2018 à PyeongChang (Corée du Sud). Un objectif qui devrait se matérialiser en Valais, sur les pistes des 4 Vallées. A priori, ce n’était pas gagné.

Thibault Trancart a perdu l’usage d’un premier œil à 2 ans, de l’autre à 14 ans, des suites d’un cancer rét...