Réservé aux abonnés

La victoire de Jeremy Corbyn, un séisme pour le Labour

Le nouveau chef travailliste fait déjà face à des menaces de putsch.
14 sept. 2015, 08:38
data_art_3377904.jpg

Pas d'état de grâce. Après sa victoire écrasante à la tête du Parti travailliste, samedi, Jeremy Corbyn a dû aussitôt frayer avec les luttes de factions internes pour s'atteler à la formation de l'équipe rapprochée de son "cabinet fantôme". Son score de près de 60% des voix des militants - mieux que Tony Blair en 1994 - contraste avec l'hostilité générale des élus du parti à son égard.

A l'annonce du résultat, dans un centre de conférences londonien, certains caciques du Labour ne cherchaient même pas à faire bonne figure. D'aucuns évoquaient un "désastre" , quand d'autres se frayaient hâtive...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois