La nourriture, version ludique

Des bricolages pour aborder la thématique du comportement alimentaire avec les enfants, de manière ludique et créative.

15 mars 2017, 23:44
/ Màj. le 16 mars 2017 à 00:01
KERInfographic

Intéresser les enfants sur les questions alimentaires à un âge où ils rechignent à finir leur assiette de brocolis, voilà un défi difficile à relever! Difficile, mais pas impossible si on en croit le Centre Alimentation et Mouvement de Promotion Santé Valais qui propose, en collaboration avec la diététicienne et future psychologue Patricia Nanchen Djitik, une méthode ludique et créative pour instaurer le dialogue avec les enfants. Cette méthode mêle messages de prévention, enseignements thérapeutiques et bricolages.

Un message vulgarisé par le jeu

«Les gens ont besoin de conseils pratiques. C’est ce qui nous a plu dans l’approche de Mme Nanchen», explique Catherine Moulin-Roh du Centre Alimentation et Mouvement. La stratégie appliquée par Patricia Nanchen Djitik consiste en un mélange entre éléments diététiques, approche psychologique et dimensions du jeu: «J’emploie le bricolage comme support pour aborder différentes thématiques (ndlr: voir encadré ci-dessous). Cela permet d’imager les sujets qui ont trait à l’alimentation et au comportement alimentaire sous un angle ludique. D’assimiler la théorie avec plaisir. Le message est vulgarisé et parents comme enfants le comprennent plus facilement.» Le bricolage met ainsi en évidence le message-clé et permet de poursuivre la discussion après sa réalisation.

Manger avec plaisir

Aucun enfant n’est à l’abri de développer des troubles alimentaires. C’est pourquoi il est important d’acquérir le plus tôt possible des notions sur l’alimentation. «Aujourd’hui, il y a beaucoup de messages qui prônent des interdits alimentaires. Avec un enfant, il est important d’aborder l’équilibre alimentaire, de manger de tout, de ne pas se priver et d’apprendre à savourer les aliments en pleine conscience: découvrir toutes les saveurs de l’aliment, prendre le temps de déguster, se mettre à l’écoute de son corps en respectant le rassasiement, dégager tous les aspects sensoriels de l’alimentation, etc. En somme, manger avec ses cinq sens et avec plaisir.» De plus, le comportement alimentaire est souvent lié à la sphère psychologique: «Quand on parle de perturbations alimentaires chez l’enfant, on évoque souvent l’importance de bien manger et de bien bouger en oubliant tous les aspects psychologiques qui ont des résonances sur le comportement alimentaire.» Les difficultés scolaires, familiales, affectives sont autant de facteurs qui peuvent avoir un impact sur la fatigue, le stress, l’état émotionnel de l’enfant et ainsi perturber sa manière de se nourrir.