L'EPFZ découvre que les tumeurs peuvent dévier le système lymphatique

Grâce à une nouvelle méthode d'observation à haute résolution qui rend les vaisseaux lymphatiques visibles, les chercheurs de l'EPFZ pourraient aider à établir des diagnostics corrects des tumeurs.

14 mai 2013, 08:19
Les tumeurs peuvent bloquer les vaisseaux lymphatiques et les faire dévier de leur chemin habituel, ont découvert des chercheurs de l'EPFZ grâce à une nouvelle technique à haute résolution qui rend les vaisseaux lymphatiques visibles.

Les tumeurs peuvent bloquer les vaisseaux lymphatiques et les faire dévier de leur chemin habituel, ont découvert des chercheurs de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) grâce à une nouvelle technique à haute résolution qui rend les vaisseaux lymphatiques visibles. Cette méthode pourrait aider à établir un diagnostic correct des métastases, selon l'EPFZ.

Les tumeurs peuvent non seulement stimuler la croissance des vaisseaux sanguins et lymphatiques. Il semblerait qu'elles soient également capables de bloquer la circulation de la lymphe vers les ganglions, dans lesquels les métastases se développent, a découvert l'équipe dirigée par Michael Detmar de l'EPFZ, selon un article publié dans la revue spécialisée "Biomaterials".

Suite à ce blocage, la lymphe se fraye un nouveau chemin à travers les tissus du corps vers un autre ganglion grâce à une sorte de "route de contournement", selon le site internet "ETH Life". Et les chercheurs de noter qu'il s'agit d'un résultat important, qui pourrait avoir des répercussions dans le domaine de l'oncologie.

Contaminer d'autres ganglions

Dans la pratique, l'oncologue injecte une substance colorée dans une tumeur et observe dans quels ganglions se retrouve cette couleur. Cette tumeur permet ainsi de signaler les ganglions où apparaîtront les premières métastases.

Cependant, comme la tumeur peut faire dévier le flux lymphatique, les cellules cancéreuses peuvent aussi contaminer d'autres ganglions. Une nouvelle prodécure plus précise, appelée "Near Infrared Imaging", est à l'origine de cette observation.

Les chercheurs ont administré à des souris une substance fluorescente, visible sous des rayons infrarouges. L'évolution de la substance fluorescente dans les vaisseaux lymphatiques à travers le corps peut ainsi être suivie grâce à un appareil à infrarouge. De minuscules détails, comme les valvules des vaisseaux sanguins, peuvent même être décelés.

Nouvelle substance appropriée

La nouvelle substance n'est pas dangereuse pour le corps, a assuré Michael Detmar. Elle sera éliminée et est donc appropriée pour pouvoir être utilisée sur des être humains dans le futur. La nouvelle méthode est moins onéreuse que l'actuelle tomographie par émission de positons (imagerie médicale qui permet de voir l'activité d'un organe en trois dimension). Les scientifiques planifient déjà des tests cliniques, ont-ils précisé.