Réservé aux abonnés

"Il faut fermer la porte à la haine"

Antoine Schluchter a perdu sa fille, Marie, assassinée. La façon de survivre du Villardou: continuer à s'investir.

23 févr. 2015, 00:01
data_art_2946807.jpg

"Cela n'a pas été évident de trouver à côté du prénom de ma fille (Marie), le mot "assassinée", ad met Antoine Schluchter. D'abord, ça vous tombe dessus. Comme lors d'un accident mortel. Dans notre cas, nous avons vécu une double phase: l'annonce de l'enlèvement, puis celle de son décès." Près de vingt et un mois après les faits (voir encadré), le pasteur de la paroisse réformée de Villars-Ollon a entamé une série de conférences en Suisse romande. Il n'a pas oublié le drame qui a frappé sa famille. Sans prévenir. "Lorsqu'on nous a confirmé l'enlèvement, nous avons été frappés de stupeur, ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois