Drame de Sierre: chauffeur seul responsable

L'inattention ou un malaise du conducteur sont les causes de l'accident de car. Les familles ont été informées des conclusions de l'expertise.

22 mai 2013, 07:06
data_art_1588497.jpg

C'est un malaise ou une inattention du chauffeur, ou les deux, qui sont à l'origine de l'accident de car de Sierre, survenu le 13 mars 2012. Les deux derniers rapports d'expertise demandés par le procureur Olivier Elsig permettent de privilégier ces causes. Le magistrat vient de se rendre en Belgique pour informer les familles de ces derniers résultats.

Le malaise cardiaque

Le premier rapport concerne la pathologie coronarienne dont souffrait le chauffeur, âgé de 34 ans. Cette maladie aurait pu causer un malaise et ainsi être à l'origine de l'accident, même si ce phénomène est rare chez un homme jeune. Le Ministère public précise toutefois, dans un communiqué, qu'un tel malaise est indétectable a posteriori. "En l'espèce, il n'existe pas d'élément concret permettant d'imputer une éventuelle défaillance du chauffeur à une pathologie cardiovasculaire" , ajoute le Ministère public.

La paroxétine

Le deuxième rapport concerne le médicament antidépresseur contenant de la paroxétine. Le chauffeur en prenait quotidiennement depuis deux ans. Il avait diminué de moitié la dose standard depuis le début de l'année en vue d'un arrêt complet. L'expertise juge peu probable qu'il ait été de nature à restreindre la capacité de conduite du chauffeur. Une impulsivité suicidaire de ce dernier est également écartée par le rapport. Ce type de pulsion se manifeste en début de traitement. Le médecin traitant du conducteur a aussi précisé qu'il n'avait aucune raison de penser que son patient était suicidaire. Ces deux expertises complémentaires ont été effectuées par le Centre universitaire romand de médecine légale.

Classement envisagé

Les familles ont été informées de ces derniers rapports et plus généralement des résultats de l'ensemble des investigations. Olivier Elsig envisage désormais un classement de la procédure. Une synthèse écrite sera prochainement établie à l'intention des parties. Les familles auront un délai pour demander des compléments d'enquête. Le procureur en fixera la durée, qui pourrait aller de trente à soixante jours, d'entente avec les parties.

Pour mémoire, l'accident de car, survenu dans le tunnel autoroutier de Sierre avait coûté la vie à 28 personnes dont 22 enfants.

Ils étaient sur le chemin du retour en direction de la Belgique après leurs vacances à la neige dans le val d'Anniviers.