Réservé aux abonnés

Des intérêts communs?

Le retour d’Andre Agassi aux affaires, en qualité de coach de Novak Djokovic, fait aussi les affaires d’une marque de montres dont il est l’ambassadeur. Et qu’il affiche généreusement depuis sa loge.

31 mai 2017, 23:05
/ Màj. le 01 juin 2017 à 00:01
Serbia's Novak Djokovic's coach Andre Agassi of the U.S. watches the match against Spain's Marcel Granollers during their first round match of the French Open tennis tournament at the Roland Garros stadium, in Paris, France. Monday, May 29, 2017. (AP Photo/Christophe Ena) France Tennis French Open

Qu’est-ce qui a donc pu pousser Andre Agassi, lui dont la fortune est faite, dont les journées sont probablement bien remplies, à s’asseoir en tribunes, des heures durant? «J’avais dit non à Novak Djokovic, a-t-il soupiré, voilà quelques jours. C’est ma femme (ndlr: Steffi Graf, 22 titres du Grand Chelem au compteur) qui a insisté pour que j’y aille. Elle voulait peut-être se débarrasser de moi...»

L’Américain plaisante, bien sûr. Alors, pourquoi est-il de retour? Il a besoin d’argent? Sûrement pas. Il s’ennuie? Peut-être. Il cherche une reconversion? Le doute est plus que permis. Non, la répon...