Réservé aux abonnés

De la difficulté de vivre avec un handicap invisible pour les yeux

Amandine Caprotti souffre de dyspraxie. Elle témoigne avec sa maman pour faire connaître cette maladie qui complique sa vie et celle de ses proches.
23 avr. 2014, 00:01
data_art_2288275.jpg

"J'avais des doutes depuis longtemps déjà, mais nous n'avons eu la confirmation qu'Amandine était dyspraxique qu'en 2009" , raconte Marylin Caprotti-Giroud. Cette Valaisanne, qui est également maman de deux autres filles, sait aujourd'hui que sa fille cadette de 13 ans est atteinte de dyspraxie. Cette maladie encore peu connue du public est une altération de la capacité à exécuter automatiquement des mouvements déterminés. Ce qui rend la coordination des mouvements complexes de la vie courante t...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois