Crise en Ukraine: l'Otan va envoyer des soldats

Face à la situation en Ukraine, l'Otan a promis de déployer des soldats et tiendra un sommet jeudi et vendredi au Royaume-Uni. La Russie en appelle au bon sens, alors qu'elle est accusée d'avoir envoyé plus de 1600 hommes de l'autre côté de la frontière.

02 sept. 2014, 07:30
Kiev et les Occidentaux accusent depuis une semaine la Russie d'avoir déployé des troupes dans l'est de l'Ukraine.

L'armée ukrainienne s'est retirée de l'aéroport du bastion séparatiste de Lougansk, affirmant être attaquée par des troupes russes. Moscou a exigé au même moment qu'un cessez-le-feu "immédiat et sans conditions" soit discuté par "le "groupe de contact" à Minsk, alors que les indépendantistes réclament un "statut spécial".

Le retrait de Lougansk s'ajoute à une série de revers pour l'armée ukrainienne. Celle-ci semble avoir abandonné sans vraiment combattre une vaste zone du sud-est de la région de Donetsk entre le fief rebelle de Donetsk, la frontière russe à l'est et le port stratégique de Marioupol au sud.

Kiev avait également affirmé dimanche soir que des troupes russes étaient également apparues à Donetsk, chef-lieu régional et fief de la rébellion prorusse. "L'Ukraine fait face à une agression directe et non dissimulée de l'État voisin", a commenté lundi le président ukrainien Petro Porochenko.

L'Otan va déployer des soldats

Face à cette situation, l'Otan va faire en sorte que des milliers de soldats puissent être déployés rapidement dans l'est de l'Europe, a promis son secrétaire général, Anders Fogh Rasmussen.

Un sommet de l'Otan est aussi prévu les 4 et 5 septembre au Royaume-Uni, avec une rencontre entre le président ukrainien et Barack Obama. Cela alors que Kiev a relancé son projet d'adhésion à l'Alliance atlantique.

28 chefs d'Etat de l'Alliance atlantique doivent adopter lors du sommet un plan de réactivité (Readiness action plan, RAP), en réponse à l'attitude de la Russie dans la crise ukrainienne, perçue comme une menace par les alliés partageant une frontière avec ce pays (Etats baltes, Pologne, Roumanie, Bulgarie).

Avant le sommet, Barack Obama sera mercredi en Estonie. Le président américain se rend dans ce pays balte avec un objectif: mettre en garde le président russe Vladimir Poutine contre la tentation de s'en prendre à un pays de l'alliance, aussi petit soit-il.

Poutine appelle au "bon sens", Ban Ki-moon alerte sur l'escalade armée

Le président russe Vladimir Poutine a appelé au "bon sens" en disant espérer que ni la Russie ni l'UE ne provoqueraient "de dégâts avec ces piques respectives".

"Il n'y a pas de solution militaire" à la crise ukrainienne, a déclaré mardi le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon. Il a mis en garde les Occidentaux contre les périls d'une escalade armée au moment où l'OTAN s'apprête à renforcer sa présence dans l'est de l'Europe.

"L'Union européenne, les Américains et la plupart des pays occidentaux discutent très sérieusement entre eux de la façon de procéder" face à l'implication russe en Ukraine, a déclaré Ban Ki-moon, mardi en Nouvelle-Zélande.

"Ils doivent comprendre qu'il n'y a pas de solution militaire. Un dialogue politique pour une solution politique est le chemin le plus sûr", a-t-il dit en déplorant une "situation chaotique et dangereuse" aux conséquences "régionales et mondiales".

Kiev et les Occidentaux accusent depuis une semaine - photos satellitaires à l'appui - la Russie d'avoir déployé des troupes régulières dans l'est de l'Ukraine, plus de mille hommes selon l'OTAN, 1600, selon Kiev. Moscou dément catégoriquement.