Bienne se donne pour objectif de prendre part aux play-offs

Les Biennois ont battu Servette samedi dans un match couperet. Ils n'ont pu rééditer leur exploit aujourd'hui à Berne.

08 janv. 2012, 18:31
alain_mieville

Mines défaites dans les vestiaires genevois, sourires contenus dans le camp biennois, le match à six points entre Genève-Servette et Bienne a sans doute marqué un tournant.

Vainqueur 4-3 de Genève-Servette dans un match-couperet, Bienne a un patin et demi en play-offs. Corollaire, les Genevois ont réservé une place pour les play-out de LNA.

Avec un écart de sept points même de huit points puisque Bienne est largement meilleur dans les confrontations directes, l'avance de Bienne sur Genève-Servette semble désormais suffisante pour éviter tout retour à 13 matches de la fin du tour de qualification.


«Ne nous emballons pas, prévient Alain Miéville, le topscorer seelandais. Il reste 13 matches, il s'agit d'être très prudent.» Le Vaudois, futur attaquant d'Ambri-Piotta la saison prochaine, concède tout de même une jolie formule: «Les play-off ne sont désormais plus un rêve mais un objectif.»

Emoussés

Dimanche, les Seelandais ont paru émoussé sur le plan émotionnel face à Berne (1-5). Après cinq revers de suite, l'équipe de la capitale a retrouvé le chemin de la victoire. Les coéquipiers de Marco Bührer ont fait sauter le verrou seelandais en 2'37'' au début de la deuxième période, le temps d'inscrire trois buts par Reichert, Berger et Dumont, auteur d'un maître-tir. Menés 4-0, les Biennois ont subi les foudres de leur entraîneur Kevin Schläpfer lors d'un temps mort. Sur la lancée, le défenseur Kparghai a réduit le score mais Martin Plüss a ôté tout espoir de retour à 3'' du terme de la deuxième période avec le 5-1. La tête du coach Antti Törmänen est sauvée... jusqu'à la prochaine fois.

Samedi face à Genève-Servette, avec un compte favorable de 15 tirs à 5, les joueurs de Kevin Schläpfer ont bâti leur succès au premier tiers-temps. Ils ont ultradominé une première période où les Servettiens paraissaient totalement bloqués par l'enjeu. A l'exception d'un tir sur le poteau de Paul Savary après 35'' de jeu, ils se sont montrés dépassés par les Seelandais qui ont ouvert la marque sur leur première supériorité numérique (4e Tschantré).

Pour leur malheur, les Genevois ont encore encaissé le 3-0 à 40'' de la fin de la première période sur un but très douteux puisque le puck n'a pas franchi entièrement la ligne de but comme on le voit sur les images de Teleclub/RTS. A se demander pourquoi M. Kurmann l'a accordé. Il a expliqué à l'entraîneur Chris McSorley que dans son esprit, il y avait but et que le visionement vidéo ne l'a pas convaincu du contraire... Dans les vestiaires genevois, on préférait se focaliser sur l'erreur de l'arbitre Danny Kurmann plutôt que d'épiloguer sur un premier tiers-temps complètement raté.

Stephan sort de ses gonds

Tobias Stephan, généralement calme, est sorti de ses gonds à la fin de la première période pour expliquer son fait à l'arbitre. «Je suis sûr que le puck n'a pas franchi la ligne. Ce n'est pas normal d'accorder un but comme ça.» Bien sûr, avec ce but «volé», plus un tir sur le poteau et un penalty manqué, il se dégage pour les Genevois un net sentiment de frustration. Mais les Servettiens ne se sont-ils pas mis en difficulté avec un premier tiers-temps indigne d'un prétendant aux play-off ? «Nous avons voulu trop bien faire et nous étions complètement bloqués, poursuit Stephan. De surcroît, le premier but est tombé très tôt (réd: 4e). Mais par la suite, nous avons fait preuve de caractère.»

Effectivement, les Genevois ont montré un visage bien plus conquérant lors des deux dernières périodes. Grâce à un but de Fata et de Rubin, ils ont réduit le score peu après la mi-match. Ils auraient même pu prétendre revenir à égalité si le même Rubin n'avait pas vu son penalty retenu par Berra (27e).

Dès le début de la dernière période, Fata, une nouvelle fois, arrachait l'égalisation mais 2' plus tard, Spylo laissait sur place la paire de défense genevoise Gautschi - Pothier sur un contre, et Lauper pouvait marquer le but de la victoire. Peut-être aussi celui de la qualification pour les play-off.

Mais en bons professionnels, les Genevois assuraient que rien n'était encore joué. Le portier international Stephan a déjà goûté aux play-out avec Kloten en 2004-2005. Sans doute n'a-t-il aucune envie de renouveler l'expérience. «Pour le moment, le mot »play-out« n'est pas d'actualité. Nous ne devons rien lâcher jusqu'à la fin.»