Mondiaux de ski-alpinisme: la Suisse ajoute de l’argent à sa moisson de médailles

L’athlète de Troistorrents Tobias Donnet et l’équipe de Suisse de relève ont remporté l’or du relais mixte aux championnats du monde en Andorre mercredi matin. Les Suissesses, avec Kreuzer et Schmid, bronzées et le relais élite masculin avec Arnold et Anthamatten en argent.

03 mars 2021, 10:51
/ Màj. le 03 mars 2021 à 16:01
Tobias Donnet, Jon Kistler et Caroline Ulrich: une équipe en or!

La deuxième journée des championnats du monde de ski-alpinisme a parfaitement commencé ce mercredi matin pour l’équipe de Suisse. L’équipe nationale relève mixte s’est en effet emparée de l’or en relais.  

L’athlète de Troistorrents Tobias Donnet  (19 ans) et ses partenaires, la Vaudoise Caroline Ulrich et le Zurichois Jon Kistler, se sont relayés à merveille pour se couvrir d’or devant l’Italie et l’Espagne. 

La Suisse a défendu son titre

Partie la première, Caroline Ulrich a passé le relais au Valaisan avec une quarantaine de secondes de retard. Mais Tobias Donnet a pu revenir sur les Italiens qui faisaient la course en tête et prendre même un peu d’avance au moment de passer le relais à Jon Kistler. Lequel a tenu bon. Et remporté un sprint au coude à coude. Pour quelques centièmes.  «Ça s’est joué au dernier changement où Jon a été le plus fort», explique Tobias Donnet, un jeune homme qui a d’ores et déjà réussi ses Mondiaux avant la verticale et l’individuelle encore au programme en cette fin de semaine.

On tenait vraiment à remporter cette médaille d’or puisque la Suisse était tenante du titre.
Tobias Donnet, champion du monde relève mixte en relais

«C’était une magnifique lutte. On tenait vraiment à remporter cette médaille d’or puisque la Suisse était tenante du titre. On voulait le défendre», ajoute le spécialiste de ski-alpinisme, soulagé d’avoir pu triompher avec ses deux camarades. «Il y avait quand même passablement de pression: le relais est une discipline que de nombreux athlètes veulent disputer. En plus, on savait qu’on avait une équipe qui pouvait jouer la gagne. Il fallait répondre aux attentes.»

Les Suissesses bronzées

Alessandra Schmid et Victoria Kreuzer entourent Marianne Fatton. ©CAS/FLORENT DELALOYE

Les Suissesses aiment bronzer. Comme en 2019 à Villars, le relais féminin s’est emparé de la médaille de bronze derrière la France et l’Italie. Partie la première, Marianne Fatton a bouclé sa partie en tête avec dix secondes d’avance. Une avance que les deux Haut-Valaisannes de Fiesch, Alessandra Schmid et Victoria Kreuzer, n’ont pas été en mesure de conserver.

Mais toutes deux ont quand même pu assurer une nouvelle médaille pour la Suisse à ces Mondiaux disputés en Andorre. «Gagner une médaille individuellement est magnifique, la partager en équipe l’est encore davantage», apprécie Victoria Kreuzer qui, après une étape de Coupe du monde manquée à Verbier fin janvier, avait eu besoin d’une pause. «J’étais très frustrée. Mais la forme et les sensations sont de nouveau là. C’est de bon augure avant la verticale de jeudi.» La verticale. Sa spécialité.

La forme et les sensations sont de nouveau là. C’est de bon augure avant la verticale de jeudi.
Victoria Kreuzer, médaillée de bronze en relais

Une discipline où la Haut-Valaisanne tentera de briller, elle qui a déjà récolté le bronze à deux reprises dans le cadre de Mondiaux. Et qui a remporté le classement de la Coupe du monde par deux fois aussi. «Il y a deux ans, j’étais vraiment en forme. Je voulais l’or. Et j’avais dû me contenter du bronze. Cette année, la concurrence est encore plus forte. Si j’obtiens une médaille, peu importe la couleur du métal, je serai très heureuse.» 

A lire aussi: Ski-alpinisme: Iwan Arnold, le chercheur d’or épuisé

Anthamatten s’accroche pour aller chercher l’argent

Derniers à s’élancer dans cette journée de relais, les élites hommes n’ont rien pu faire face à une Italie déjà ultra-dominante en Coupe du monde. En tête d’un bout à l’autre de la course, le quatuor transalpin est allé chercher l’or et donc, le titre mondial. Derrière, la lutte pour les médailles restantes a été acharnée.

«Nous avons réussi à reprendre un peu de temps sur eux lors des deux derniers relais, mais l’écart était trop important», commente le Haut-Valaisan Martin Anthamatten, dernier relayeur suisse. «C’était impossible de les reprendre, alors on s’est concentré pour rester devant les autres nations.»
 

Iwan Arnold, Arno Lietha, Martin Anthamatten et Werner Marti ont complété la moisson de médaille suisse. ©CAS/FLORENT DELALOYE

Quatrièmes après le premier relais, les Helvètes – à savoir le Grison Arno Lietha, le Bernois Werner Marti  et les Haut-Valaisans Iwan Arnold et Martin Anthamatten – ont effectué une folle remontée. «Pour Iwan et Arno, ce n’était pas facile d’enchaîner après le sprint de mardi. Ils ont donné tout ce qu’il leur restait. Notre tactique a été de les faire débuter pour que Werner et moi puissions reprendre du temps lors de nos relais.»

Une tactique payante. Au duel avec la France pour décrocher l’argent lors du dernier relais, les Suisses sont parvenus à maintenir leur position et à s’installer sur la deuxième marche du podium. «Nous l’avons joué à l’expérience et au moteur», sourit Martin Anthamatten. «Je suis resté derrière le Français avant d’attaquer à fond en fin de course. C’est un immense plaisir et une belle récompense de gagner comme ça.»