Les premiers Bagnards ont 10'000 ans

Un éclat de cristal de roche découvert l'an dernier sur les pistes de ski de Verbier a été daté à environ 7'600 ans avant notre ère. Une découverte exceptionnelles qui fait plonger la commune de Bagnes, et avec elle tout le Valais alpin, dans les entrailles de sa préhistoire.

30 août 2013, 14:10
Découverte archéologique sur les hauts de Bagnes. Près des îtres, des fragments de cristal et autres objets préhistoriques ont été datés à plus de 7000 ans avant J.C.

Sur ce site a 2300 mètres d'altitude, l'alpage du Crêt, des fouilles ont été mises en place.

Le carbone 14 ne ment pas. Le petit bout de pointe de flèche - à peine un centimètre de long - retrouvé l'an dernier par des archéologues en service civil sur les hauts de Bagnes à été utilisé "entre 7'600 et 7'400 avant Jésus-Christ", selon Philippe Curdy, archéologue et conservateur au musée cantonal du Valais.

C'est Célestin Tarmarcaz, un jeune archéologue de Fully, et Fabien Maret, alors encore en formation, qui ont mis au jour ce site, au-dessus de l'alpage de la Chaux, sous le tracé du téléphérique des Gentianes. Les Bagnards d'alors étaient encore des chasseurs-cueilleurs du Mésolithique. Très peu de traces aussi anciennes ont été relevées dans les montagnes valaisannes. Les deux exemples connus sont dans le haut du canton, au Simplon et à Zermatt. A Bagnes, les vestiges humains les plus anciens remontaient jusqu'ici à environ 3'600 ans avant Jésus Christ.

Ces recherches ont été menées sur mandat de la commune dans le cadre du recensement de tous les bâtiments d'alpages anciens. Les premiers témoignages humains avaient permis d'en répertorier environ 150. A ce stade de l'étude, l'inventaire en compte désormais plus de 600, dont des ruines, des vestiges, mais aussi des écuries parfaitement conservées ou réhabilitées depuis le début des années 70. Une quarantaine sont aujourd'hui sauvées.

Des écuries à voûte, splendides et particulières au val de Bagnes, mais aussi des îtres, qui servaient d'abri aux bergers, des greniers, où ils stockaient le fromage, des chottes, pour accueillir une ou deux vaches, ou encore des garettes, où l'on parquait les cochons. Des ouvrages plus récents, difficiles à dater pour l'heure, mais dont les traces les plus anciennes remontent au XVIe siècle et qui n'ont pas encore livré tous leurs secrets.

Le musée de Bagnes consacrera une exposition à ces découvertes, du 20 septembre au 8 décembre, du mercredi au dimanche, de 14 h à 18 h.