Le commandant de la Patrouille des Glaciers quitte ses fonctions

Coup de tonnerre dans l'organisation de la Patrouille des Glaciers. Le commandant Ivo Burgener quitte son poste au 1er octobre. Son remplaçant, le colonel neuchâtelois Max Contesse, prend la relève pour l'édition 2014 qui reste assurée.

24 sept. 2013, 08:00
Ivo Burgener quitte le commandement de la Patrouille des Glaciers après deux éditions à la barre.

Changement de tête au commandement de la Patrouille des Glaciers. Le colonel haut-valaisan Ivo Burgener, en charge de la célèbre course entre Zermatt et Verbier depuis 2009, démissionne avec effet au 1er octobre. Son remplaçant, le colonel neuchâtelois Max Contesse, lui succède. L’édition 2014 – dont les inscriptions sont ouvertes depuis début septembre – n’est en rien remise en cause. Le nouveau commandant remplaçant est Georges Seewer, originaire de Loèche et chef des établissements pénitentiaires valaisans.

La raison officielle invoquée est une réorganisation des priorités de l’armée. Ivo Burgener, en tant que commandant du centre de compétences alpines d’Andermatt, affirme la nécessité de s’impliquer davantage dans cette fonction pour faire face à l’évolution des ressources militaires et des nouveaux défis. A cet effet, il souhaite éviter les doubles casquettes et abandonne donc la direction de la course.

Les troupes ont été informées de ce changement soudain ce mardi matin. "Le Nouvelliste" a pu obtenir l’information en exclusivité. A en juger des préparatifs pour l’édition 2014, qui marquera le 30e anniversaire de la course dans sa variante moderne, rien ne laissait présager un tel changement.

Résolument progressiste et conscient que la Patrouille des Glaciers devait vivre avec son temps, Ivo Burgener, 45 ans, aura marqué l’évènement d’une empreinte plus sportive et montagnarde que militaire.  En 2010, il succédait à Marius Robyr, qui avait incarné la course à lui seul durant 18 ans. On lui promettait alors d’exister dans l’ombre du brigadier du Haut-Plateau. Il n’en a rien été et le Haut-Valaisan quitte la PdG sur le même ton qu’à son arrivée: en français teinté d'accent alémanique, avec sourire et modestie.

Retrouvez un article complet avec les réactions du commandant démissionnaire et de son remplaçant, dans notre édition de mercredi 25 septembre.