Conseil national: Ronald Zacharias candidat en Valais

Le colistier d’Eric Stauffer au Conseil d’Etat genevois est candidat à la candidature pour l’UDC en Valais.

20 mars 2019, 16:37
Ancien candidat au Conseil d'Etat à Genève, Ronald Zacharias se présente en Valais.

L’avocat et promoteur immobilier Ronald Zacharias (69 ans) est présenté par la section entremontante de l’UDC pour figurer sur la liste principale du parti lors des élections au Conseil national.

L’homme n’est de loin pas un inconnu en politique. Ancien député genevois, élu sous l’étique du MCG, il a été candidat au Conseil d’Etat du bout du lac sur la liste de Genève en marche au côté d’un certain Eric Stauffer.

«Je ne suis pas un candidat hors sol», explique Ronald Zacharias, «cela fait 40 ans que je viens en Valais. Je suis domicilié à Verbier depuis 6 mois.» Il y exerce son métier de promoteur immobilier.

Le président de la section locale de l’UDC, Adrien Dumoulin, lui-même candidat sur la liste jeunes, déclare que la candidature de Ronald Zacharias a été très bien accueillie. «Comme il est domicilié à Verbier, c’est un candidat local. C’est très positif pour nous d’avoir quelqu’un d’expérience qui s’engage et qui est motivé.»

De Genève en marche à l’UDC du Valais romand

Si Eric Stauffer a tenté de rejoindre le PDC du Valais romand, Ronald Zacharias est passé de Genève en marche à l’UDC. «Je n’aurais jamais dû rejoindre Genève en marche, j’aurais dû aller à l’UDC. C’est un calcul tactique visant à maintenir la majorité de droite à Genève que j’y suis allé.» Celui qui est aujourd’hui candidat en Valais déclare qu’après l’échec de Genève en marche, il a rejoint l’UDC genevoise, avant de demander son adhésion à l’UDC du Valais romand lorsqu’il a élu domicile dans la commune de Bagnes.

Formellement, la candidature de Ronald Zacharias doit encore être validée par l’assemblée générale de l’UDC du Valais romand le 5 avril prochain à Monthey.

A lire aussi : Le PDCVr refuse son adhésion à Eric Stauffer à la suite de la déferlante de réactions

 

par Jean-Yves Gabbud