«Ce que j’aime à Somlaproz, c’est…»

Jo Roserens est une figure populaire de la commune d’Orsières. Il est domicilié à Somlaproz, village réputé pour sa tranquillité.

26 févr. 2019, 15:30
Jo Roserens a toujours habité à Somlaproz.

Président de la société du four banal de Somlaproz et de la troupe des patoisants de Praz-de-Fort, entraîneur des gardiens du club de football d’Orsières, tenancier de l’estaminet local durant une bonne quinzaine d’années: dire de Joseph Roserens, 63 ans, qu’il est un homme dévoué à la collectivité tient de la litote. Sur le plan professionnel, Jo – comme on le surnomme – est spécialisé dans la couverture de toits en ardoises auprès de l’entreprise Jean-Michel Sarrasin SA.

Qu’est-ce qui fait la richesse de votre village?

Somlaproz, 250 habitants environ, est un coin tranquille qui a l’avantage d’être à deux kilomètres à peine d’Orsières. Ces dix dernières années, beaucoup de jeunes ménages s’y sont installés, à la suite de l’aménagement d’une nouvelle zone à construire. Par ailleurs, le monde paysan est très présent à Somlaproz à travers la fabrication du fromage et l’élevage de la race d’Hérens, dont les bêtes se distinguent en remportant titres et sonnettes dans les combats de reines. 

Un endroit pittoresque que vous aimez faire découvrir?

Le four banal situé au cœur du village et rénové en 2013 a fière allure. Notre société compte 25 consorts, tous autonomes pour cuire leur propre pain. Le four est utilisé trois semaines par année en mars, septembre et décembre. Il sert aussi à la cuisson des «cougnous», une spécialité locale composée de pommes et de farine de blé transformées en galettes délicieuses.

Le bistrot dans lequel vous vous rendez à l’heure de l’apéritif?

Pour moi, le café de Somlaproz que j’ai exploité de 1986 à 2001 est l’âme de notre village et un lieu de rencontre. J’y vais pour le café du matin ou à l’heure sacro-sainte de l’apéro qui, parfois, a tendance à se prolonger… Bon, c’est sympa de refaire le monde autour d’un verre de blanc, non?

Un lieu pour vous ressourcer?

Somlaproz est un passage obligé sur la route de Champex et du val Ferret. Mon petit coin de paradis se situe au pied du Dolent. J’y possède un petit mayen, utilisé autrefois par mes parents pour le bétail. En famille ou avec des amis, j’y passe souvent du bon temps.

La manifestation qui vous plaît?

Dans le cadre du tour du Mont-Blanc à la fin août, une nouvelle course a été créée entre Orsières, Champex et Chamonix, l’OCC. Somlaproz est très impliqué dans cette épreuve avec le passage chaque année de quelque 1700 concurrents issus de 65 nationalités différentes. Il y a toujours de l’ambiance ce jour-là.

Ce que vous voudriez voir évoluer ou aboutir?

Je dirais la rénovation de notre ancienne école, qui abrite actuellement la crèche Le Ratamiaou. Ce serait bien de transformer ce lieu en espace de rencontre pour recevoir aussi des fêtes de famille et d’autres activités villageoises.

 

A lire aussi : «Ce que j’aime à Réchy, c’est…»

 

Vous voulez partager l’amour de votre ville ou de votre village?
Contactez notre rédaction Près de Chez Vous par courriel à pcv@lenouvelliste.ch