Addiction Valais: la commission parlementaire s'en mêle

La Commission des affaires sociales du Grand Conseil valaisan dépose un postulat urgent sur l'affaire d'Addiction Valais. Elle demande que les personnes qui ont été licenciées soient entendues dans le cadre de l'audit.

13 nov. 2017, 09:57
/ Màj. le 13 nov. 2017 à 10:12
Parmi les établissements d'Addiction Valais, la Villa Flora à Sierre.

La polémique entourant la nouvelle politique d'Addiction Valais continue de faire des vagues au Grand Conseil. Cette fois, c'est la Commission de la santé et des affaires sociales qui intervient.

>>A lire aussi: un expert mandaté pour analyser la situation à Addiction Valais

La Commission a rencontré les responsables d'Addiction Valais et des services de l'Etat concernés. Après quoi, elle va déposer un postulat urgent qui devrait (si le Bureau du Grand Conseil accepte l'urgence) être discuté en session du Parlement cantonal le vendredi 17 novembre.

Les commissaires demandent dans leur texte "une prise en charge axée sur la limitation des risques, mais aussi une prise en charge visant l’abstinence totale de toute substance addictive". Ils veulent aussi que les personnes licenciées ou ayant claqué la porte d'Addiction Valais soient entendues par le professeur Bernhard Eichenberger, lequel a été mandaté pour faire un audit d'Addiction Valais.