Abus sexuels: le Valaisan victime du capucin pédophile témoigne

Né à Saint-Maurice en 1963, Jean-Marie Fürbringer est l’une des victimes du Père Joël, le capucin pédophile dénoncé par Daniel Pittet dans son livre-témoignage récent. Etabli aujourd'hui à Lausanne, devenu physicien, il raconte son parcours. A découvrir en vidéo.

28 févr. 2017, 15:45
/ Màj. le 01 mars 2017 à 06:30
Jean-Marie Furbringer a déposé plainte en 1995 à Saint-Maurice. Plainte refusée pour cause de prescription des faits. (VIDEO au fond de l'article sur nos apps mobiles)

«Je dois m’occuper de cet enfant de 11 ans abusé qui est en moi.» Dans son salon familial à Lausanne, Jean-Marie Fürbringer (53 ans) prononce ces mots avec émotion. Ce Valaisan de naissance, physicien de métier, est l’une des nombreuses victimes du père Joël, le capucin dénoncé par le fribourgeois Daniel Pittet dans un livre-témoignage. Jean-Marie Fürbringer est la seule personne abusée en Valais à avoir déposé plainte à Saint-Maurice contre son abuseur en 1995. Plainte cependant refusée pour cause de faits prescrits. Pour rappel, le père Joël a passé trois ans au foyer des capucins agaunois dans les années septante  (voir «Le Nouvelliste» du 15 février 2017).

Onze ans au moment des abus sexuels

Jean-Marie Fürbringer a une dizaine d’années quand le capucin en question s’en prend à lui. L’écolier, né à Saint-Maurice et domicilié à Lavey avec ses parents et quatre sœurs aînées, peine alors en orthographe. Il se rend ainsi toutes les semaines chez une psychologue à Bex, à pied. Jusqu’à ce que le père Joël propose aux parents de Jean-Marie Fürbringer de donner des cours particuliers à leur fils.

Découvrez le témoignage complet de Jean-Marie Fürbringer dans notre édition papier de mercredi et sur la version numérique.

par Christine Savioz