300 ou 400 millions pour les remontées mécaniques du Valais?

Le parlement a accepté d'entrer en matière sur le fond cantonal pour les remontées mécaniques de 400 millions. C’est plus que ce qui avait été discuté lors de l’acceptation de la loi d’encouragement.
11 juin 2019, 18:23
En Valais, les remontées mécaniques ont besoin d'un milliard pour renouveler leurs installations. Image d'illustration.

La droite du parlement est entrée en matière sur le fond cantonal pour les remontées mécaniques. L’Alliance de gauche et les verts ont émis plusieurs réserves, mais ne s’y sont pas opposés.

100 millions de trop

Les discussions de jeudi seront peut-être animées, mais l’issue du vote semble claire. Le principe d’un fond cantonal pour soutenir le financement d’infrastructures est acté dans la loi sur l’encouragement des remontées mécaniques votée en 2018. Reste à en discuter les montants et comment les allouer.

Le texte proposé au vote prévoit un crédit d’engagement de 400 millions, soit 270 millions sous forme de prêts, 100 millions de cautionnements et 20 millions de subventions à fonds perdu.

Chef du groupe Les Verts, Thierry Largey, constate que ces chiffres diffèrent de ceux exposés en 2018: «La commission de deuxième lecture évoquait le montant de 300 millions. Ce n’est pas correct d’évoquer certains chiffres en débattant la loi et de les augmenter pour son application.»

Besoin d’un milliard

Chef du département de l’économie, Christophe Darbellay a contré en rappelant que la branche a besoin d’un milliard pour se mettre à jour et s’aligner sur la concurrence internationale. «Cet argent n’est pas distribué dans le vide. Nous demandons aux bénéficiaires d’avoir un plan de développement, une vision et une bonne santé financière.»

par Alexandre Beney