Zurich: la police teste un logiciel permettant d'identifier les gens violents

Depuis mardi, la police cantonale de Zurich teste un logiciel qui devrait permettre d'identifier les gens potentiellement dangereux.

16 janv. 2018, 21:06
"Octagon" compile et analyse des indices de propension à la violence, tels que le degré de socialisation, un intérêt pour les armes, les délits commis ou des problèmes psychiques. (illustration)

La police cantonale zurichoise teste depuis mardi un logiciel permettant d'identifier les individus potentiellement dangereux. "Octagon", c'est son nom, doit permettre de différencier ceux qui sont réellement dangereux de ceux qui n'en ont que l'air.

"C'est facile d'inscrire des individus menaçants sur une liste", a déclaré la ministre zurichoise de la justice Jacqueline Fehr mardi soir devant la presse à Winterthour (ZH). "Mais entre-temps il y a trop de gens sur ces listes". De ce fait, il devient difficile de cerner les personnes réellement dangereuses.

Le concepteur du logiciel, Jérôme Endrass, qui travaille au Service d'application des peines du canton, estime que bien des gens inscrits sur ces listes ne sont pas dangereux. Beaucoup de gens se conduisent de manière agressive ou expriment des menaces, mais ils ne sont que peu nombreux à être vraiment dangereux.

"Octagon" compile et analyse des indices de propension à la violence, tels que le degré de socialisation, un intérêt pour les armes, les délits commis ou des problèmes psychiques. Le questionnaire développé par M. Endrass "explore 73 données tirées de la biographie des suspects". Il vise à inférer un risque de violence à partir de la psychologie, du parcours et du comportement d'un individu.