Réservé aux abonnés

Votation fédérale: «voulons-nous vraiment ajouter une autre crise?»

Pour Karin Keller-Sutter, renoncer à la libre circulation des personnes, c’est prendre un risque insensé. La cheffe du département fédéral de justice et police y voit une mise en danger importante et inutile au niveau financier notamment.

27 août 2020, 00:01
/ Màj. le 27 août 2020 à 06:54
Interview avec la Conseillere Federale Karin Keller-Sutter, mardi 25 août 2020 a Berne.

Dénoncer l’accord sur la libre circulation des personnes avec l’Union européenne, comme le demande l’initiative UDC, ne réduira en rien l’immigration. Tel est l’avis de la ministre de la Justice Karin Keller-Sutter, qui craint, en revanche, des répercussions graves sur la prospérité et les emplois, en cas d’un oui du peuple et des cantons dans un mois. Entretien.

 

 

Une étude anglaise montre que les accords bilatéraux ont eu un impact négatif sur l’éco...